fbpx

« Les médecins ont le devoir de préserver la vie »

Est-il normal de procéder à l’extraction de deux dents à la fois ?  Le cas de Célia, étudiante, démontre que cela ne l’est pas. Deux molaires cariées, situées côte à côte, lui font passer des nuits blanches et c’est la folle douleur qui a parlé – elle a approuvé sans réfléchir – lorsque le dentiste qu’elle a consulté lui propose de les arracher toutes les deux simultanément, lors du même rendez-vous. « J’avais trop mal, c’était insupportable, et à vrai dire je ne pensais pas que cela pouvait entraîner des complications » témoigne la jeune fille avant de poursuivre : « J’ai tout de suite accepté et la séance a été longue et éprouvante ». Mal lui en prit car elle allait le regretter tant son état s’en est ressenti. Les retombées du « geste malheureux et irréfléchi » du dentiste, comme l’a qualifié Célia, n’ont pas tardé à se manifester. Une infection s’en est suivie avec un abcès, qui la font tordre de douleur. « Mon visage s’est déformé, le gonflement était tel que je ne pouvais pas ouvrir mon œil gauche. C’est à la polyclinique de mon quartier que j’ai trouvé mon salut, le médecin a procédé au curetage de l’endroit infecté et m’a prescrit un antibiotique qui m’a été injecté sur place. J’en ai réchappé de justesse selon ses propos, 24 heures supplémentaires d’attente m’auraient été fatales ». La jeune étudiante affirme en vouloir à ces praticiens qui se jouent de la vie de leurs patients avec des décisions « inconscientes » et des actes médicaux mal pensés. « Comment le spécialiste pouvait-il avoir une telle attitude face à un malade en détresse qui ne peut qu’accepter alors que la souffrance efface toute aptitude à la réflexion ? La vie est sacrée, personne n’a le droit de se départir du devoir de la préserver » relève-t-elle.

Nadia Rechoud