Les maladies de l’hiver premier motif de consultation

Elles sont au rendez-vous durant la période hivernale. Les maladies de l’hiver prolifèrent chaque année dès le début de la saison, favorisées par le froid, la promiscuité dans les lieux publics et les transports et l’immunodéficience, notamment chez les enfants et les personnes vulnérables.

Elles constituent le premier motif de consultation et figurent parmi les principales causes d’absentéisme durant cette phase de l’année. Grippe, rhume, angine, pharyngite, bronchite et gastro entérite s’invitent partout, au sein de toutes les familles et se propagent d’un membre à un autre.

Elles sont sans gravité mais peuvent se compliquer si elles ne sont pas prises au sérieux et ne sont pas traitées de manière efficace. Durant cette période, les cabinets médicaux et les services de consultations générales au niveau des infrastructures de santé sont investis par les malades en quête d’une auscultation et d’une thérapie adéquate.

Ce qui n’est pas toujours le cas, certains praticiens prescrivant des traitements sur la base de diagnostics hâtifs et confondant donc une pathologie avec une autre présentant quelques symptômes identiques. L’aveu sort souvent de la bouche des médecins eux-mêmes, il n’est pas aisé de distinguer avec certitude un rhume d’une grippe, d’autant plus que le virus de la grippe est instable et qu’il se modifie chaque année.

Souvent, ce sont les antibiotiques qui font partie du traitement alors qu’ils ne doivent pas y figurer, la maladie étant virale et non bactérienne. Les médecins qui y recourent semblent procéder par élimination en prescrivant des antibiotiques, que cela soit nécessaire ou pas, pensant sans doute que dans un cas comme dans l’autre (viral ou bactérien), ce type de traitement devant être efficace.

Mais le risque, c’est qu’il y a forcément une résistance qui se développe aux antibiotiques, les rendant sans effets par la suite. Dans de très nombreux cas, ce sont les malades eux-mêmes qui recourent à l’automédication et qui font usage automatiquement d’antibiotiques dès qu’une angine ou une pharyngite se manifeste.

Ces derniers (les antibiotiques) sont souvent disponibles au sein des familles, il y a toujours le contenu d’une boite non achevé et dont usent généralement d’autres membres de la famille. Ce qui présente bien évidemment un risque pour la santé, en plus d’affaiblir le système immunitaire.

Nadia Rechoud