fbpx

Les fumeurs sont-ils une cible privilégiée du coronavirus?

Un groupe de chercheurs Chinois s’est posé la question tout au début de la propagation du COVID-19 à Wuhan.Ils ont analysé les données de plus d’un millier de malades touchés par le virus dans la ville.

« Selon cette étude, plus de 85% des personnes concernés par le sondage n’avaient jamais fumé et entre 12 et 13 % avaient déjà fumé », avait expliqué Sandrine Belouzard, chercheuse du CNRS au Centre d’infection et d’immunité de Lille en France à la chaine LCI.

La chercheuse précise que « dans le cas des formes les plus sévères de la maladie, ce chiffre monte à 17% pour les fumeurs ».
Elle a ajouté qu’elle  » ne sais pas si c’est vraiment significatif au niveau statistique. Mais cela signifie au minimum que les personnes qui ont fumé ont davantage de risques de développer une forme sévère du coronavirus »

« Le fait d’être fumeur peut être la source de bronchites chroniques ou de maladies respiratoires, qui sont ensuite des facteurs de comorbidité (association de deux maladies, ndlr) pour ce virus », a-t-elle affirmé pour la même source.

Pour résumer cette réflexion qui demeure une hypothèse, la chercheuse Française Belouzard a affirmé que « la cigarette n’a donc qu’un effet indirect. Ce n’est pas elle qui rend le coronavirus plus dangereux, mais puisque le tabac affaiblit l’organisme de manière générale, ce dernier semble plus vulnérable »
Le Dr Belouzard a terminé sur un ton de regret en martelant que, dans ce domaine, « les connaissances sur le coronavirus sont encore limitées »

Nouhad Ourebzani

%d blogueurs aiment cette page :