Les femmes développent la sclérose en plaques généralement plus jeune

Les femmes développent la sclérose en plaques généralement plus jeune. En revanche, les hommes ont la maladie plus tard dans la vie qui coïncide souvent avec une réduction des niveaux de testostérone liée au vieillissement.

La plupart des thérapies mises au point contre la sclérose en plaques agissent en neutralisant le système immunitaire ce qui rend les malades plus vulnérables à certaines infections et d’autres problèmes de santé.

Des essais cliniques pendant douze mois avec de la testostérone chez des hommes atteints de sclérose en plaques ont partiellement inversé la destruction de myéline et la dégénérescence des fibres nerveuses, indiquent les chercheurs.  Toutefois même à court terme la testostérone n’est pas une thérapie viable chez les hommes ou les femmes en raison de ses multiples effets secondaires néfastes. Jusqu’à présent les scientifiques ne comprenaient pas comment la testostérone procurait cette protection contre la sclérose en plaques.

Les scientifiques ont déterminé que la testostérone provoquait une réaction dans un certain type de cellules immunitaires qui leur faisaient produire la molécule protectrice. Cette dernière entraîne une série de réactions chimiques empêchant la formation d’un autre type de cellule immunitaire qui attaque directement la myéline.

Maya Achour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :