Les briques en carton : Les producteurs de lait ont oublié leur engagement

Le plastique est de plus en plus présent dans notre quotidien, son usage s’étant étendu à tous les domaines. Oubliés depuis longtemps les paniers en alfa qui nous accompagnaient au marché ainsi que les bouteilles à lait sur les étagères de nos épiciers, et récemment c’est une célèbre marque de limonade qui a opté pour un contenant en plastique.

Cette matière présente pourtant beaucoup de dangers de par certaines substances qu’elle contient et son seul avantage, c’est le respect du profit des industriels par rapport à d’autres matériaux, beaucoup plus chers. C’est ce qui freine vraisemblablement les producteurs de lait à adopter les briques en carton pour remplacer les sachets en dépit de l’annonce faite il y a plus d’une année. La décision d’empaqueter ce liquide devait prendre effet en mars 2017.

Tout avait été entrepris dans ce sens selon la déclaration faite par le directeur commercial du Complexe Laitier d’Alger (Colaital), faisant même savoir que « les équipements et les matières premières ont été réceptionnées » par Colaital et que les producteurs de lait misaient sur la commercialisation de « 100.000 briques de lait dans une première phase avant de se mettre à généraliser ce procédé à travers le territoire national ».

Il n’en est rien, la fin du lait en sachet annoncée par les médias est reportée aux Calendes grecques, du moins jusqu’à la prochaine requête du gouvernement, la précédente n’ayant pas été suivie d’effet.

Les producteurs ont mis leur engagement aux oubliettes, refroidis peut-être par le fait que le prix de la brique en carton devait être le même que le sachet en plastique dont on doit oublier la nocivité pour la santé. Le lait est décidément l’objet de toutes les polémiques tout comme le pain, cet autre aliment qui (outre les revendications sur le prix) devait bénéficier d’un emballage en papier –une boulangerie pilote avait même été choisie à Blida- et qui continue à être commercialisé dans du plastique. Une matière qui a le vent en poupe et qui déteint sur notre environnement.

 

Nadia Rechoud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :