fbpx

L’eau en quantité suffisante entre le ftour et le s’hour

Il est inutile de se jeter sur la bouteille d’eau à la rupture du jeûne et en finir le contenu en peu de temps, en pensant qu’on s’hydrate ainsi et qu’on récupère de la privation de toute la journée. Ce qui devrait être un bienfait pour le corps risque d’être périlleux en raison de l’excès. Consommer beaucoup trop d’eau rapidement peut conduire à l’hyperhydratation, donc à la concentration de sodium dans l’organisme. Cela aboutit à l’infiltration d’eau dans toutes les parties du corps, y compris dans le cerveau, ce qui peut entraîner des conséquences neurologiques, et peut aller jusqu’au coma et même entraîner la mort. Il faut donc répartir la consommation d’eau (entre 1,5 litre et 2 litres par jour) sur la période allant du ftour au s’hour. Il ne faut surtout pas attendre d’avoir soif pour boire, on doit se le rappeler en ayant une bouteille d’eau à portée de main. Le précieux liquide doit être à une température ambiante, on ne doit pas le prendre glacé (l’eau glacée ralentit l’hydratation du corps ainsi que la digestion, et n’est pas désaltérante). Il y a lieu de rappeler sans cesse que les jus industriels sont mauvais pour la santé, mais on constate malheureusement que c’est la ruée pendant le mois de Ramadhan. En packs, en bouteilles ou en sachets, ils font partie du paysage et ont leur place sur la table. Une habitude à bannir en principe. La sensation de soif diminuant avec l’âge, les personnes âgées doivent être faire attention, particulièrement durant ce mois de jeûne, et veiller à boire suffisamment afin de ne pas se déshydrater, sachant surtout que la prise de certains médicaments comme les diurétiques et les laxatifs augmente les pertes d’eau.

Nadia Rechoud