Le virus serait importé par les migrants sub-sahariens : Des cas de malaria signalés à Tamanrasset

La malaria, appelé communément le paludisme, sévit à Tamanrasset à l’extrême Sud du pays, où quelques 150 enfants sont hospitalisés et mis sous haute surveillance.

Le directeur de l’hôpital de Tamanrasset, le Dr Abdelkader Bika, cité par la chaine de télévision El Bilad, parle d’une transmission de la maladie aux enfants algériens via les migrants sahariens en traversant la frontière. Le même responsable a ajouté toutefois que la malaria est enregistrée chaque année dans la région à cette période en raison des pluies qui tombent de juillet à septembre.

Il faut préciser que la région sahélo-saharienne est une région où prolifère le moustique qui est responsable de ce virus. Et le mode de transmission se fait via une piqûre d’une personne saine par un moustique porteur d’un virus qui lui a été transmis par le sang d’une personne atteinte et qui a été piquée précédemment.

Il convient de rappeler que le Directeur général de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, le Dr. Djamel Fourar, a affirmé le 8 octobre 2017 à Alger que les cas de malaria enregistrés, de temps à autre en Algérie, sont des cas importés et non alarmants.

« Les cas de malaria enregistrés, de temps à autre en Algérie, sont tous importés », a précisé M. Fourar en marge de la conférence de presse organisée sur la vaccination contre la grippe saisonnière, ajoutant que « ces cas de malaria ne sont guère préoccupants ».

M. Fourar a appelé, par la même occasion, tous les voyageurs vers les pays dans lesquels se propagent cette maladie, à « prendre toutes mesures nécessaires » et suivre les conseils médicaux consistant en la prise régulière de médicaments, soulignant que plusieurs de ces derniers ne « respectent » pas la durée ni la poursuite du traitement avant, durant et après leurs retour. 400 à 500 cas importés ont été enregistrés en Algérie en 2016.

Ce qu’il faut savoir sur la malaria

Il est utile de souligner que la malaria, aussi appelée paludisme, est une infection parasitaire tropicale qui peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps.

Cette maladie est très présente dans de nombreux pays d’Afrique. Le parasite à l’origine de la malaria est transmis à l’homme par le moustique anophèles. On estime que plus de 80 % des cas de malaria enregistrés chaque année surviennent en Afrique subtropicale.

La malaria ne se transmet pas d’humain à humain. Ce sont des moustiques qui, en piquant des personnes déjà infectées, transmettent le parasite à d’autres personnes.

La durée d’incubation après le premier contact avec le parasite est habituellement de 7 à 16 jours. Il peut parfois arriver que plusieurs mois séparent l’infection et les premiers symptômes de la malaria.

Symptômes

La malaria se manifeste le plus souvent par une « primo-infection » qui survient après la durée d’incubation. Les symptômes de cette infection ressemblent à des crises et incluent des douleurs abdominales, une forte fièvre, accompagnée de frissons, sueurs, délires, une faiblesse généralisée, une baisse de tension, un faible appétit, des maux de tête, des nausées, diarrhées et vomissements et des douleurs musculaires.

Enfin, il faut savoir qu’une prise en charge rapide de la malaria permet une guérison totale.

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :