fbpx

Le tricotage et son effet sur la santé : Une pratique aux multiples vertus

Le tricotage redevient à la mode auprès des jeunes générations. Il serait même thérapeutique, à en croire une campagne menée sur Instagram et montrant quelques 12 millions de photos référencées sous l’hashtag ‘knitting‘ (tricotage).

Outre le plaisir de créer quelque chose de ses propres mains, et de s’inscrire dans une autre pratique tendance qu’est le ‘Do It Yourself’ (le faire soi-même), c’est surtout le côté relaxant qui séduit de plus en plus de monde.

On parle désormais de « tricothérapie » pour désigner cette nouvelle activité à la mode. Un livre a même été consacré à cette nouvelle tendance. Selon les auteurs du livre « Tricothérapie : le tricot est le nouveau yoga », les bienfaits de cette pratique ancienne s’apparenteraient à ceux de la méditation ou d’une séance de sport. Le fait de répéter les mêmes gestes procure à ses pratiquantes une certaine détente, voire un lâcher prise. De ce fait, le tricotage réduirait l’hormone du stress et stimulerait les molécules du bien-être.

Le corps médical a été attentif à cette pratique. Selon une observation médicale, la relaxation procurée par le tricot permettrait de faire baisser la fréquence cardiaque et la tension artérielle. À Toronto, le programme ‘Knit to Quit’ propose des thérapies pour aider les personnes à arrêter de fumer via cette technique. Le tricot permettrait en effet de s’attaquer aux attitudes de dépendance comme l’habitude tactile de tenir une cigarette.

La pratique du tricot a aussi d’autres vertus. Selon une étude menée sur un échantillon de 1.321 personnes âgées de 70 à 89 ans, dans le Minnesota, et publiée dans le Journal of Neuropsychiatry & Clinical Neurosciences, les pratiquants sont moins exposés aux troubles cognitifs légers et à la perte de la mémoire.

Des femmes atteintes d’anorexie mentale ont également été soulagées par cette pratique qui a contribué à atténuer leurs craintes et à ruminer sur leur problème, selon une autre étude réalisée en 2009 par l’Université de Colombie-Britannique.

Des personnes qui souffraient de douleurs chroniques ont vu leur sensibilité à la douleur réduite grâce au tricotage.

 

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :