Contribution : Le surpoids, l’obésité et le syndrome métabolique : Comment prévenir, Comment traiter ?

Le surpoids voire l’obésité peuvent être à l’origine de graves maladies cardio-vasculaires,de complications arthrosiques, d’apparition de la goutte et de thromboses veineuses. L’excès pondéral est intégré dans une association de troubles métaboliques qui a été nommée syndrome métabolique(SM).
Même si l’excès de poids peut dépendre de certains facteurs génétiques, c’est surtout le manque d’activité physique, la sédentarité et une alimentation de mauvaise qualité qui sont largement responsables du surpoids et du SM. Certains médicaments dont les corticoides,les antipsychotiques et les bêta-bloqueurs,favorisent la prise de poids.Le surpoids touchent actuellement jusqu’à 25% des enfants dans certains pays .Les nourrissons peuvent être obèses si leurs maman est elle même obèse, si elle est diabétique et si elles fument.
Le surpoids correspond à un indice de masse corporelle(IMC) de plus de 25 kg/m²(l’IMC est calculé en divisant le poids en kg par le carré de la hauteur en m²).

L’obésité est atteinte quand l’IMC est ≥ 30 kg/m2
Le syndrome métabolique(SM) ou syndrome X est fréquent dans les pays développés. Il devient inquiétant chez nous en Algérie. Il est un véritable problème de santé publique. La définition du SM est controversée. Elle est en permanence mise doute. Néanmoins, il est admis que le syndrome métabolique se défini lorsque sont retrouvés au moins 3 des 5 critères suivants :

1.une obésité abdominale (« grosse bedaine » ou embonpoint abdominal, ou excès de graisse abdominale)
2. un taux élevé de triglycérides
3.une diminution du HDL cholestérol(le bon cholestérol) et une augmentation du LDL cholestérol(le mauvais cholestérol)
4.une tension artérielle supérieure à 130/85 mmHg
5.une glycémie à jeun élevée à plus de 1g/l
Le périmètre abdominal se calcule au milieu de la ligne situé entre le bord inférieur du thorax et l’épine iliaque antéro-supérieure. Le périmètre abdominal est un meilleur facteur prédictif du risque cardio-vasculaire que l’IMC.
L’embonpoint abdominal est certain lorsque la circonférence ou le périmètre abdominal est supérieur à 102 cm pour l’homme et de plus de 88 cm pour la femme

Le surplus de graisse abdominale provoque une circulation et une accumulation excessive d’acides gras libres dans le foie et les cellules musculaires.Il est à l’origine d’une insulino-résistance.L’insuline est une hormone normalement sécrétée par le pancréas dont le but est le maintien d’un bon équilibre du taux de sucre dans le sang.Si l’organisme résiste à l’action de l’insuline,une hyperglycémie et donc un diabète de type 2(ou diabète gras)survient. L’insulino-résistance perturbe le métabolisme lipidique, augmente les chiffres tensionnelles et favorise la thrombose vasculaire
Le mauvais LDL cholestérol en excès à tendance à pénétrer dans les parois artérielles provoquant progressivement leurs occlusions dont de sérieux risques de complications cardio-vasculaires .L’hypertension artérielle,6 fois plus fréquente chez les obèses, abime les parois artérielles et les reins, favorisant la survenue à long terme, d’une maladie des artères du cœur(coronaropathie),d’un accident vasculaire cérébral(AVC),d’une artériopathie des membres inférieurs,d’un anévrisme aortique et d’une insuffisance rénale
Le SM peut se compliquer d’une apnée du sommeil(un enregistrement polysomnographique la confirme),d’un syndrome polykystique ovarien,d’une dysfonction érectile chez l’homme et d’une stéatose hépatique non alcoolique(accumulation de graisse dans les cellules hépatiques),parfois d’un syndrome dépressif.
La prévention de la prise de poids est la meilleure option.
Le traitement du surpoids,de l’obésité et du SM passe par une bonne hygiène de vie comprenant une pratique sportive régulière et une maitrise des apports caloriques

1.Une activité physique, au mieux en aérobie, c’est-à-dire d’intensité modérée et d’endurance, permet une meilleure utilisation du glucose par les muscles et une augmentation du métabolisme de base. Pratiquée régulièrement, elle permet la perte de poids et surtout son maintien après un régime hypocalorique. Le rythme recommandé est une durée d’au moins 30 minutes,4 à 5 fois par semaine. Son intensité doit être progressive. La pratique courante d’une bonne activité physique a de nombreux avantages : amélioration des chiffres tensionnels, meilleur équilibre glycémique et lipidique, meilleures performances cardio-vasculaires et respiratoires, diminution du risque de certains cancers comme celui du sein et du colon, augmentation de l’espérance de vie et bien sûr une sensation de bien être.
Les parents doivent encourager leurs enfants à la pratique d’une activité sportive et leurs déconseiller la sédentarité liée à un temps excessif passé à regarder la télévision en grignotant ou en jouant avec des appareils de poche.

2.L’alimentation doit être raisonnée, saine et équilibrée :petites portions et petits repas.Il faut à la fois une diminution de la ration calorique et un choix des aliments. Les fruits ,les légumes, les céréales, les produits laitiers sans matières grasses sont les aliments de premier choix. Les viandes grasses, les gâteaux, les sodas ,les boissons alcoolisées etc…seront évités. Les aliments à base d’acide gras mono-insaturés(huile d’olive par exemple) ou poly-insaturées(sardines par exemple)sont recommandées mais modérément. La quantité de sel doit être diminuée . Grignoter entre les repas est fortement déconseillé. Un sommeil suffisant et une maitrise du stress aide à l’amaigrissement.
Les régimes miracles qui foisonnent dans les placards publicitaires doivent être formellement refusés.IIs n’ont aucune efficacité à long terme. Ils font maigrir au début mais avec une nouvelle reprise du poids à leurs arrêts(effet yoyo).La perte de poids ne doit pas être brutale. Elle sera progressive, avec une perte d’environ 10% par rapport au poids initial, obtenue après au moins 6 mois de maitrise nutritionnelle.

Les médicaments vantés pour leur effets amaigrissants et qui sont en vente libre ne sont que de la poudre aux yeux. Ils doivent être déconseillés

La plupart des médicaments anti-obésité vendus sur ordonnance ont été retirés du marché car souvent inefficaces et à l’origine de nombreux effets secondaires sévères.
L’orlistat( Xénical®) est le seul médicament encore commercialisé .Il a montré une certaine efficacité dans le traitement de l’obésité. C’est « un inhibiteur puissant,spécifique et d’action prolongée des lipases gastro-intestinales ». II est indiqué dans les cas d’IMC≥ à 30 kg/m² associé à des facteurs de risques tels un diabète ou une hypertension artérielle. Il sera arrêté, si au bout de 3 mois ,la perte de poids n’est pas d’au moins 5% par rapport au poids initial.

La chirurgie bariatrique ou chirurgie de restriction de l’absorption des aliments,par exemple la résection longitudinale d’une partie de l’estomac(sleeve),est le traitement le plus efficace dans les obésités extrêmes, morbides.
Lorsque au surpoids se surajoute d’autres facteurs de risques ;ces derniers seront traités.En effet :
-une hypertension artérielle qui persiste en dépit de la bonne observance des règles hygiéno-diététiques, sera traitée par des médicaments qui sont actuellement nombreux et efficaces.
-l’excès de cholestérol sera traité dans un premier temps par un régime hypocholestérolémiant. Si des facteurs de risques cardio-vasculaires y sont associées(un diabète par exemple),une statine sera prescrite.
-le diabète de type 2 est efficacement traité par des médicaments prescrits par un diabètologue.Dans le contexte du surpoids,la metformine peut être utile.

En conclusion, « bouger,bouger »,être motivé pour avoir une activité physique soutenue et régulière, une alimentation équilibrée en quantité raisonnable et sans trop de gourmandises, sont les meilleurs garants du maintien d’un poids idéal et d’une diminution significative des risques de maladies cardio-vasculaires.

Professeur Bouayed Mohamed Nadjib, spécialiste en chirurgie vasculaire et endovasculaire,médecine vasculaire et échodoppler
-Ancien Chef de service de chirurgie vasculaire Etablissement Hospitalo-Universitaire d’Oran
-Membre de l’Académie Française de Chirurgie
-Président de l’Association de Chirurgie Vasculaire d’Oran (ACVO)