fbpx

Le service Sénologie du CPMC d’Alger rend hommage au professeur Ahmed Bendib et salue « un maitre humble »

Des anciens collaborateurs du regretté Professeur Ahmed Bendib, décédé le 04 juillet après une longue maladie, ont tenu à rendre un vibrant hommage à leur « Maitre » via un direct assuré par le journal électronique Esseha.

Ainsi, le successeur du Pr Bendib au poste de chef de service de chirurgie B “sénologie” au Centre Pierre et Marie Curie d’Alger, le professeur Mohsen Boubnider, a salué « un homme éclairé de son temps qui a su, très tôt, se projeter dans le développement de la sénologie en Algérie pour répondre aux besoins de nos compatriotes ».

Le professeur Boubnider a rendu hommage à son prédécesseur qui a « érigé un service totalement dédié à la sénologie avec des soins de qualité et surtout une formation de plusieurs générations de médecins ».

Le professeur Boubnider dit déplorer la perte d’un « maitre » mais aussi d’un « grand sage » à qui « nous rendons un vibrant hommage ».

De son coté, Dr Amina Abdelouahab, médecin en sénologie et très proche collaboratrice du regretté professeur Bendib, a tenu à rendu hommage à un ami, un père, un confident et un maitre de qualité qui était « tout pour son équipe ».

Emue, Dr Abdelouahab se considère le pur produit du professeur décédé. « C’est le professeur Bendib qui m’a faite, qui m’a construite », dit-elle, elle qui a rejoint le service toute jeune et ne connaissant rien en cancérologie et sénologie.

Dr Abdelaouhab se rappelle des premiers jours où elle est arrivée au CPMC. « La première semaine où je suis arrivée en 1995, et on n’était au début du service sénologie, j’avais l’impression d’être un peu dépassée. Le professeur Bendib m’a convoqué dans son bureau et m’a signifié qu’il me prend avec lui en consultation pour apprendre. Toutefois, il m’a conseillé de prendre bien soin des malades tout en me prévenant que toute erreur ou faute envers eux, il ne pardonnera pas », raconte le médecin pour souligner que le professeur Bendib était très proche de son équipe mais beaucoup plus proche de ses malades.

« Le professeur Bendib était président de plusieurs sociétés savantes et d’associations telles que l’association d’aide au malades, l’association d’aide aux personnes démunies, la société de cancérologie, la société Algérienne de pathologie mammaire. Il était président du conseil médical et président du conseil d’éthique. », révèle Dr Amina Abdelouahab.

« Quand on partait en congrès, on n’avait jamais peur. On était souvent épaulé par le professeur Bendib qui se comportait avec nous comme un Papa », raconte Dr Abdelouahab qui révèle encore qu’il refusait de s’installer dans un hôtel à part, plus chic et digne de son rang. « il tenait toujours à être hébergé au même standing que ses collaborateurs », dit-elle.

« Aujourd’hui, les malades suivies depuis 30 ans pleurent toutes le professeur Bendib », conclut Dr Abdelouahab

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :