fbpx

Le ministre de la santé appelle à l’intensification des efforts de prévention et de lutte contre les infections liées aux soins

A l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène des mains, célébrée le 05 mai , l’Algérie opte, cette année 2021, pour le slogan national « Se laver les mains, un geste simple qui sauve des vies ».

En inaugurant les travaux de la journée dédiée à cette problématique, le ministre de la santé a, dans une brève allocution, plaidé pour l’hygiène des mains qui « reste une mesure barrière simple et  non négligeable  pour contrer la propagation manu portée des pathogènes notamment en cette période de la Covid -19»

Le ministre de la santé a insisté sur « l’application rigoureuse de l’ensemble des protocoles en vigueur portant sur l’hygiène des mains et la Covid-19».

«Plus que jamais, la vigilance s’impose et appelle tous les professionnels de santé tous corps confondus à se mobiliser davantage pour intensifier nos efforts de prévention et de lutte contres ces infections associées aux soins», dit le ministre.

Lors de son speech inaugural, le professeur Abderrahmane Benbouzid a tenu à remercier l’OMS pour son appui et les membres du comité d’experts de prévention et de lutte contre les infections associées aux soins «pour la qualité du travail accompli notamment en ce qui concerne l’élaboration du référentiel relatif aux directives nationales sur l’hygiène de l’environnement dans les établissements de santé publics et privés ainsi que du deuxième référentiel relatif aux directives portant sur la prévention des infections associées aux actes de soins actuellement en cours d’édition».

Le professeur Benbouzid n’a pas omis de rappeler l’assistance que « Les infections associées aux soins ont constitué ces dernières années une préoccupation majeure pour la sécurité des patients et des professionnels de santé. Elles touchent chaque année des centaines de millions de personnes dans le monde». Il a notamment souligné que ces infections engendrent «un surcoût difficilement  gérable   pour le patient et sa famille mais aussi une charge financière élevée  pour le système de santé».

Nora S.