Le jeûne et les malades chroniques

Le jeûne s’adresse à des personnes en bonne santé afin de prévenir les éventuels dysfonctionnements physiologiques. Dans certains cas, le jeûne n’est pas conseillé. Le jeûne a la faculté de mettre en mouvement les métabolites stagnants. De ce fait, il peut chambouler la bonne marche de l’épuration du corps.

Par conséquent, tout malade qui désire jeûner doit faire une consultation avant, pendant et après le Ramadan.

Mais voilà que souvent, des personnes qui vivent avec des maladies chroniques souvent contraignantes n’arrivent pas à se résoudre à ne pas observer le jeûne contre l’avis du médecin traitant et de la famille, sous prétexte qu’elles se sentent en forme et qu’elles gèrent bien leur mal à la veille du ramadan.

C’est une fausse idée reçue et malheureusement très répandue. Car les personnes qui gèrent une maladie chronique (diabète, hypertension, cardiopathie, …etc.) ignorent que la stabilisation de leur organisme du fait des traitements médicamenteux et des régimes alimentaires et de vie qu’ils s’imposent s’effondre comme un château de cartes au bout de deux ou trois jours de jeûne.

Outre le médecin qui doit continuer son travail de sensibilisation scientifique la famille et l’entourage de la personne souffrant d’une maladie chronique doit poursuivre son travail prophylactique afin de l’amener à se résoudre à ne pas jeûner pour ne pas exposer son corps à des dangers et des conséquences parfois irréversibles.

T.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :