fbpx

« Le gel reste dans les cartons alors que les masques sont peu demandés »

 

Il est clair qu’on a baissé la garde, pour beaucoup le Covid-19 n’est qu’un mauvais souvenir alors que les variants ne sont que le produit de l’imagination des scientifiques. On fait fi des mesures de protection, on renoue sans remords avec les anciennes habitudes. On se serra la main, on se fait la bise, la bavette est jetée aux oubliettes et le gel a quitté les poches et les sacs.

Les pharmacies ne sont plus prises d’assaut comme cela était le cas l’année dernière. « Nous ne commandons plus de gel hydro alcoolique, il n’est pas demandé. Nous avons une dizaine de flacons qui ‘’dorment’’ dans un carton » nous dit un pharmacien. Quant au masque, « nous en vendons toujours mais la demande est moins importante que les premiers temps » poursuit-il.

Même son de cloche dans une autre officine. « Nous constatons que nos clients n’ont plus cette angoisse des longs mois écoulés, nous-mêmes dans notre pharmacie nous n’avons plus cette obsession d’être contaminés par le premier venu » souligne ce vendeur en pharmacie qui affirme que la seule protection qui demeure, c’est le plexiglas qui sépare les vendeurs et les clients. « Ni visière, ni gants, juste le masque qu’on doit porter d’autant plus qu’il y a des clients qui entrent sans bavette ». Sont-ils priés de se conformer à l’obligation de la porter ?

« Personnellement, lorsque j’y travaille en fin de journée, je ne leur dis plus rien. Je l’ai assez répété. Ils savent qu’il n’y a pas de contrôle et de ce fait, vous pouvez le ressassez tant que vous voulez. Ceux qui ne veulent pas mettre le masque répondent qu’ils l’ont oublié sans pour autant en acheter un quand cela leur est proposé ».

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :