fbpx

Le Dr Kahina Mezmar, pédopsychiatre : « Ne mettez pas la pression aux enfants ayant un retard mental »

 

La réussite scolaire des enfants est pour de nombreux parents une priorité, certains en font même une sorte de compétition, n’hésitant pas à mettre la pression à leurs enfants dans l’espoir de les voir tenir la dragée haute. S’il est déconseillé d’infliger pareil stress à l’enfant, cela est on ne peut plus vrai quand l’enfant présente un retard mental.

Dans une nouvelle intervention sur Esseha.com, le Dr Kahina Mezmar, pédopsychiatre, explique qu’« il ne faut pas lui mettre la pression, surtout quand il s’agit d’un enfant ayant un retard mental. Certes, c’est bien de le considérer comme un enfant normal et chaque parent à sa propre méthode pour éduquer son enfant mais quand il s’agit de scolarité, il faut éviter de le comparer aux autres enfants -cousins ou camarades-, qui ne présentent pas de handicap ».

Selon la spécialiste : « ce genre de réflexion ne fera que le décourager, le rabaisser. Il ne faut pas le critiquer, l’insulter sachant qu’il n’est pas responsable de son état. Si un médecin a posé le diagnostic affirmant qu’il a un retard mental, il faut l’accepter. Il faut faire la différence entre un enfant qui ne peut pas et un enfant qui ne veut pas. Il faut se dire qu’il y a d’autres solutions qu’on peut proposer à l’enfant ».

Le Dr Mezmar dira que les classes spéciales ou les centres psychopédagogiques sont autant d’alternatives que l’on peut soumettre à l’enfant pour l’aider à étudier selon ses capacités.

« Donc, il est important d’éviter la pression que ce soit pour les enfants ou pour vous, parents. Il faut travailler avec le psychologue ou l’orthophoniste, ne pas déroger aux exercices qu’ils donnent à l’enfant et l’aider à les faire pour qu’il puisse améliorer son niveau et ainsi mieux s’adapter à son environnement social », notera-t-elle.

Hassina A.

%d blogueurs aiment cette page :