Le couple Tabi rescapé du covid- 19 raconte l’épreuve et le retour à la vie « Le port de masque a sauvé nos enfants et nos petits-enfants »

Le 2 avril dernier Hocine et Bahdja Tabi ont été admis au niveau du service infectieux du CHU Ibn Badis de Constantine. Le couple fait partie des premiers 17 premiers cas  atteints du covid- 19 dans la capitale de l’Est. Aujourd’hui sains et saufs, ils racontent cette épreuve et le retour à la vie normale. « Les 15 jours qui ont suivi  notre  prise en charge à l’hôpital ont été terribles. Ma femme, qui était dans la même chambre que moi, respirait à peine » raconte Hocine «  mon quotidien à l’hôpital était réduit à se demander est-ce que je vais respirer et inspirer la prochaine fois. Les secondes s’égrènent comme des heures »  se souvient-il.

Comment ont-ils été contaminés ?

Vers la mi- mars, Hocine un retraité habitant la wilaya de Constantine, s’est rendu à  Blida pour rendre visite à sa belle-sœur. De retour chez lui,  il s’est senti fatigué avec un réveil difficile, des courbatures et de la diarrhée, lui qui était   sans antécédents médicaux. « A aucun moment j’ai pensé que j’ai attrapé le virus, pour moi c’était peut-être un début d’arthrose  ».  Quelques jours après, soit le 1er avril , il a perdu le gout,  l’odorat et il  commençait à tousser , ces crises de toux sèches n’en finissaient plus. En parallèle la température de son épouse  Bahidja  prenait  de l’ascenseur jusqu’à atteindre 39°. Leur  état de santé ne fait que s’aggraver. Et c’est à ce moment-là qu’il a décidé d’appeler  son fils pour se rendre au CHU,  le personnel médical au niveau du  service infectieux  a demandé de revenir le lendemain pour  consultation et l’admission a été effectuée le 2avril. Une sacrée épreuve pour les deux époux, parents, grands-parents qui ont pu sortir et se reposent à présent chez eux en confinement total depuis 22 jours.

« Le masque a sauvé mes enfants et mes petits-enfants »

Dès que les premiers cas ont été déclarés en Algérie, Hocine a porté la bavette à chaque fois qu’il sortait de la maison. « Par mesure de protection  je portais le masque lorsque je faisais mes courses bien que  je sortais rarement. J’évitais le contact avec ma famille.  Je m’aperçois maintenant que ces gestes ont évité  le pire, soit la contamination de mes enfants et de mes petits- enfants bien qu’ils étaient  en contact permanant avec moi»

 

Souheila BETINA