Lancement d’une nouvelle stratégie pour l’amélioration de la prise en charge des cancéreux pour la période 2021-2025

Le Pr, Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, a annoncé, mardi à Alger, le lancement d’une nouvelle stratégie pour la prévention du cancer et l’amélioration de la prise en charge des malades pour la période 2021-2025, et ce lors de son intervention à l’ouverture de la 4e édition du Salon d’information sur le Cancer

Après évaluation du Plan cancer 2015-2019, un deuxième est envisagé pour la période 2021-2025. Il repose essentiellement sur « l’amélioration du savoir-faire médical et paramédical et la réorganisation du réseau de prise en charge des malades, conformément au plan sanitaire et aux moyens disponibles », a indiqué le ministre.

Cette stratégie est basée sur l’appui et la promotion de l’industrie pharmaceutique pour le traitement des cancéreux, toutefois « le travail collectif coordonné demeure le meilleur moyen pour réduire la propagation du cancer », a-t-il fait savoir.

S’agissant des mesures préventives prises dans le cadre du même plan et en application des recommandations de l’OMS, le ministère de la Santé a élaboré, en collaboration avec d’autres secteurs, un programme intense pour lutter contre les facteurs de risque non transmissibles.

Le Secteur a procédé, dans le même cadre, à la généralisation des moyens de diagnostic et à la poursuite de mise en œuvre du plan de prévention contre les facteurs de risque, avec la focalisation sur « la lutte contre le tabagisme à travers l’organisation de campagnes de sensibilisation de large envergure et la création de 53 unités d’aide à l’arrêt de ce fléau dangereux », a ajouté le ministre.

Par ailleurs, le ministère a mobilisé tous les moyens et conditions nécessaires à l’amélioration du traitement par la chimiothérapie ou la radiothérapie en ouvrant, à ce propos, 41 services pour la radiothérapie et 77 autres pour la chimiothérapie, en sus de 20 centres anticancéreux, dont 6 au secteur privé, a-t-il fait savoir.

 

F. Z. Achour