L’activité sportive pendant le Ramadhan doit répondre à certaines mesures

Doit-on arrêter la pratique du sport pendant le Ramadhan ? Les spécialistes disent non. Les habitués ne doivent pas faire une pause pendant le mois de jeûne, il est même souhaitable que ceux qui n’ont pas cette habitude le fassent au vu des bienfaits du sport sur la santé. Il existe toutefois des conduites à tenir et des mesures pour profiter de ces bienfaits et pour ne pas s’épuiser durant cette période. En premier lieu, ne pas exercer le sport pendant les premières heures du jeûne, le corps ayant moins de ressources pour produire de l’énergie et en puiser dès le matin ne peut faire du bien. On peut choisir entre deux possibilités : juste avant la rupture du jeûne (entre un quart d’heure et une demi-heure), pour que le corps récupère rapidement les sels minéraux perdus à travers la transpiration au cours des exercices, ou alors 2 heures après la rupture du jeûne. Il ne faut pas oublier l’eau. Une bonne hydratation est indispensable, on doit boire beaucoup d’eau dans la soirée et avant la reprise du jeûne, et en même temps éviter le café et le thé ainsi que les boissons gazeuses. Il est également conseillé de privilégier les glucides, producteurs d’énergie (des féculents complets comme le riz et les pâtes), ainsi de miser sur les calories afin de récupérer pour la séance à venir. Venons-en au sommeil. Ne pas veiller au-delà de 23 heures et dormir 6 à 7 heures continues, un conseil parmi ceux donnés par des médecins et des spécialistes du coaching, qui recommandent de faire une sieste l’après-midi à défaut d’un sommeil réparateur la nuit. Même s’il est permis de pratiquer l’activité sportive habituelle, on doit éviter les exercices durs, se limiter à une ou deux fois par semaine et à une durée moyenne de 45 minutes. En ce qui concerne les personnes non habituées, ces spécialistes affirment qu’il n’y a pas mieux que la marche à pied, bénéfique pour la santé et non contraignante. Pour tous, habitués ou pas, le moindre signe de faiblesse (vertige, maux de tête, nausées, troubles de l’équilibre…) doit inciter la personne à arrêter l’exercice et à s’asseoir à l’abri du soleil. Bien évidemment, on doit penser à se nourrir convenablement pour récupérer après cet effort, de préférence en fractionnant les repas.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :