La valse des limogeages continue: Malaise au ministère de la Santé

Le ministère de la Santé vit au rythme des limogeages. Après le Dr Hamou Hafed, démis de ses fonctions à la Pharmacie et des équipements médicaux puis le Dr Frehat, à la tête de la Pharmacie centrale, c’est au tour de Ali Rezgui, directeur de cabinet au ministère de la Santé d’être remercié.
Selon des indiscrétions, Ali Rezgui n’aurait été associé à la gestion d’aucun dossier, y compris ceux qui relèvent de ses prérogatives. La grève des médecins résidents est un exemple qui illustrerait le fossé qui s’est creusé entre le ministre Mokhtar Hasbellaoui et son directeur de cabinet. Sollicité pour dénouer la crise, le directeur de cabinet aurait été marginalisé à tel point qu’il ne savait pas ce qui se passait.
De même que les changements opérés au niveau de la direction de la pharmacie obéiraient à la volonté du ministre d’avoir la mainmise directe sur l’agence nationale du médicament. Il convient de rappeler que le dossier du médicament a défrayé la chronique ces dernières semaines avec la pénurie signalée de nombreux médicaments indispensables pour le traitement de maladies lourdes ou chroniques. Ce qui justifierait semble-t-il la décision prise par le Pr Hasbellaoui de gérer exclusivement et de très près le dossier, notamment pour ce qui est des documents liés aux produits à l’importation, d’autant que plus de 200 programmes prévisionnels sont encore bloqués, dont les médicaments contre le cancer déposés depuis plusieurs mois.
Il convient de signaler que les responsables limogés font les frais d’une gestion du secteur marquée par la persistance de la grève des médecins résidents qui dure depuis huit mois. Mais est-ce qu’il ne s’agit pas d’un malaise plus profond qui serait en rapport avec la réorganisation du secteur décidée au pas de charge par le ministère notamment à travers la loi d’orientation sur la santé qui a été votée au forceps par le Parlement ? Laquelle loi fait toujours grincer des dents ? Les jours à venir nous le diront.
Tinhinane B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :