fbpx

La table de l’iftar iranienne : Savoureuse et vitaminée

Cela se fait dans certains pays et cela se fait aussi en Iran. L’iftar se partage en deux temps. Durant la première partie, c’est-à-dire au moment du Maghreb, les Iraniens rompent traditionnellement le jeûne avec des dattes pour l’énergie et une tasse de thé ou d’eau chaude pour activer le transit. D’autres plats sont servis durant cette première partie du repas, comme du pain lavash ou barbari, accompagné de paneer, un fromage également consommé au Pakistan ainsi que des gâteaux.

Puis, après la prière, le vrai repas est servi, non pas à table mais les Iraniens préfèrent s’installer par terre, sur un tapis, autour d’une nappe généralement en plastique posée à même le sol. Plusieurs soupes sont proposées durant le mois de Ramadhan comme l’Ash-e-jow, un potage à base de purée de tomates, d’orge et de carottes. Cette soupe, riche en protéines, glucides, sodium, phosphore et potassium, connaît d’autres variantes, à savoir l’Ash-e-sholeh-ghalamkar, à base de pois, haricots et lentilles, une soupe parmi les plus connues en Iran, très consommée en ce mois sacré car source de protéines, fer, magnésium, potassium, calcium, phosphore, manganèse, vitamines du groupe B, fibres…etc

Les Iraniens sont également férus de la fameuse soupe Haleem (également appréciée en Inde) et faite à base de blé (vitamines du groupe B, source de vitamine E, fer, antioxydants, potassium, phosphore, magnésium, calcium,…), d’orge (fibres, glucides, calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium,…), de lentilles (protéines, fer, magnésium,..) et de viande.

En période chaude, une salade rafraîchissante est également servie, il s’agit de la salade Shirazi à base de concombres, oignons, tomates, menthe et persil. Elle est riche en antioxydants, hydratante grâce au concombre, qui est gorgé d’eau, et contient du calcium, phosphore, potassium, vitamine C, …etc

A l’instar des autres pays d’Asie, le riz est aussi pour les Iraniens un incontournable. Le Polo Tahdig est un plat à base de riz basmati cuit de telle sorte à obtenir une belle croûte dorée (tahdig). Ce plat possède aussi des variantes avec notamment de la pomme de terre ou du pain. Le riz basmati est intéressant notamment pour les diabétiques car il a un indice glycémique plus bas que tous les autres riz.

La viande est également sur la table de l’iftar, dans des mets comme le Koobideh kabab, une brochette de viande cuite sur la braise et assaisonnée d’épices comme le curcuma, le safran avec de l’oignon, ou encore le Ghormeh sabzi, un ragoût d’agneau aux herbes. Bien évidemment ces plats sont de bonnes sources de protéines mais aussi de plein d’autres vitamines, grâce aux épices et aux herbes qui entrent dans la préparation.

Pour le dessert, les Iraniens dégustent toutes sortes de pâtisseries comme le sholeh zard fait avec du riz, du safran, du sucre, de l’eau de rose, des pistaches écrasées et saupoudré d’amandes. Un dessert dont les ingrédients (riz, safran, amandes, pistaches) sont connus pour leurs multiples bienfaits sur notre organisme.
Ils apprécient aussi d’autres gourmandises comme le zoulbiâ et bâmieh, desserts très sucrés à base de yaourt, farine, safran, amidon et eau de rose. D’ailleurs, c’est simple, aucune table de l’iftar iranienne n’est complète sans ces deux desserts.

Hassina A.