fbpx

La pneumonie, première cause de décès chez les enfants

On sait qu’on est touché par cette maladie lorsqu’il y a essoufflement, une respiration sifflante, une toux, quand on ressent de la fièvre et des maux de tête, une douleur au niveau du thorax et du dos et que l’on rejette des crachats verdâtres.

Ces symptômes sont ceux d’une pneumonie, en plus de la fatigue.  Cette infection aigue des poumons, infection qui obstrue les alvéoles pulmonaires par la formation de pus et de ce fait gêne les échanges entre le sang et l’air inhalé, peut être causée par des bactéries ou des virus et de façon plus rare par des parasites ou des champignons.

Mais il faut mettre en évidence que cette maladie est provoquée principalement par une bactérie, le pneumocoque qui occupe la première place des germes en cause, et qui, relève-t-on, est souvent résistant aux antibiotiques en raison de la tendance, dénoncée par de nombreux praticiens, à « la prescription systématique d’une antibiothérapie » dans ce cas.

Si la pneumonie évolue généralement vers la guérison, il existe tout de même des complications, les facteurs de risque pouvant compliquer cette maladie sont liés à l’âge (supérieur à 65 ans) et à certaines pathologie comme l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance rénale, l’immunodépression ou la broncho-pneumopathie obstructive.

La pneumonie constitue la première cause d’hospitalisation en ce qui concerne notre pays selon des spécialistes qui mettent en exergue qu’elle est aussi la première cause de mortalité chez les enfants en Algérie (3.000 décès par an selon leurs chiffres) et dans le monde.

Elle constitue selon les mêmes chiffres 60% de mortalité tout âge confondu, surtout chez les personnes âgées qui deviennent de plus en plus vulnérable en termes de santé. Il ressort que la prévention est à mettre en avant afin d’éviter cette infection, de même que pour les maladies respiratoires, en privilégiant notamment l’immunisation contre la grippe, mais aussi en inscrivant la vaccination contre le pneumocoque dans le tableau de vaccination, surtout pour les personnes âgées de plus de 65 ans et souffrant de certaines pathologies pouvant aggraver l’infection.    

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :