La nouvelle souche de coronavirus apparue en Angleterre : Qu’en est-il au juste ?

En quoi consiste la nouvelle souche de coronavirus apparue dans le sud-est de l’Angleterre et qui a poussé le premier ministre Boris Johnson à reconfiner cette région et Londres ?

Le conseiller scientifique du gouvernement Patrick Vallance a indiqué , lors d’une conférence de presse ce samedi, que la nouvelle variante du Covid-19 est apparue mi-septembre à Londres et dans le Kent (un comté situé dans le sud-est de l’Angleterre).

Le scientifique a fait savoir que la nouvelle variante contient 23 mutations, un « nombre inhabituellement grand », beaucoup étant « associées aux changements dans la protéine que le virus fabrique ».

Ces changements interviennent notamment dans la manière dont le virus s’attache aux cellules et entre dans les cellules, a-t-il souligné.

L’agence Public Health England (PHE) rattachée au ministère de la Santé britannique a précisé, selon une déclaration rapportée par The Guardian, que a semaine dernière, la nouvelle souche a été observée chez plus de 1000 personnes dans le sud et dans l’est de l’Angleterre.

Cette nouvelle souche est aujourd’hui à l’origine de 62% des contaminations enregistrées à Londres, de 43% dans le sud-est de l’Angleterre et de 59% dans l’est. Des chiffres bien plus élevés qu’à la mi-novembre, s’est inquiété Patrick Vallance.

Boris Johnson, Patrick Vallance et Chris Witty, le médecin-chef de l’Angleterre, se sont tous les trois accordés pour dire que le nouveau variant semble se transmettre beaucoup plus facilement et rapidement. Il devient, selon le conseiller scientifique du gouvernement, la forme « dominante » du virus, rapportent plusieurs médias.

« Rien n’indique qu’il est plus mortel ou qu’il cause une forme plus sévère de la maladie » ou qu’il réduit l’efficacité des vaccins » , a toutefois assuré le Premier ministre anglais lors de la conférence de presse.

Rassurant, Patrick Vallance a souligné que les scientifiques estiment que les vaccins continuent d’offrir une réponse « adéquate » au Covid-19, malgré le variant.

Des scientifiques virologues avancent que les mutations que pourrait subir le coronavirus ne remettront pas en cause le cocktail d’anticorps que va générer le vaccin quand il va nous être inoculé.

Quoiqu’il en soit, ces mutations n’affollent pas les spécialistes. Ils les voient comme comportement normal dans le monde viral. D’ailleurs, les mutations observées en Angleterre ne sont pas les seules qu’a subi le SARS-CoV-2 dans le monde. Moins mutant que la grippe, ce dernier virus a quand même connu jusque là près de 12000 mutations de par le monde,assurent-on.

Toutefois, les autorités sanitaires britanniques assurent qu’ils ont entamé des travaux urgents pour cerner cette nouvelle souche et pouvoir ainsi agir avec elle en conséquence.

Nora S.

%d blogueurs aiment cette page :