La fièvre chez l’enfant : une défense de l’organisme contre les infections

La température corporelle est élevée chez un enfant lorsqu’elle dépasse 38 °C, et lorsque celle-ci est prise au moment où il est normalement couvert et où il n’a pas évolué dans une atmosphère très chaude. Il s’agit à ce moment-là de fièvre. Celle-ci est aigue lorsqu’elle sa durée équivaut à moins de 5 jours chez le bébé et moins d’une semaine quand il s’agit d’un enfant. Elle est la manifestation d’une défense de l’organisme contre les maladies infectieuses et/ou inflammatoires, la vaccination, la poussée dentaire, elle survient fréquemment chez les petits lors de certaines maladies comme la rhinopharyngite, la rougeole, l’otite aigue et la roséole. Ce qui signifie qu’elle est utile du fait qu’elle aide l’organisme de l’enfant à lutter contre les infections. Pour savoir qu’un nourrisson ou un enfant a de la fièvre, il faut prendre sa température de façon correcte, le thermomètre sous l’aisselle qui doit être bien sèche, en maintenant son bras serré sur sa poitrine. On ajoute 0,5 °C au résultat final (ou plus, selon le mode d’emploi du thermomètre). Il est par contre déconseillé de procéder à la prise de température par voie rectale, ceci pour éviter une lésion anale. La fiabilité du thermomètre est à souligner mais en l’absence de celui-ci, il est possible de savoir si le petit est fébrile en touchant son front ou son cou avec le dos de la main, dans une pièce ni trop chauffée ni trop froide. La prise en charge de la fièvre se fait à partir de 38,5 °C, beaucoup plus pour améliorer le confort de l’enfant, car l’idéal selon des pédiatres c’est de laisser la chaleur combattre les virus. Il faut d’abord retirer au petit une couche de vêtements (sans le déshabiller complètement), le faire boire régulièrement, maintenir une température de 19 à 20 °C dans la pièce où il  se trouve. Contrairement à cette habitude consacrée chez les mamans, l’utilité du bain est remise en question, celui-ci faisant baisser trop vite la température. En termes de traitement, le paracétamol reste le médicament le plus indiqué contre la fièvre chez l’enfant alors que les anti-inflammatoires comme l’ibuprofène et l’aspirine sont à éviter pour les risques qu’ils comportent d’attaquer le foie et le cerveau. Une consultation médicale devient nécessaire lorsque la fièvre dure plusieurs jours, que l’enfant respire difficilement ou que d’autres symptômes comme la diarrhée, les vomissements, un mal de tête et/ou une douleur à l’oreille accompagnent la fièvre.

Nadia Rechoud   

%d blogueurs aiment cette page :