La fête du Mawlid ennabaoui ne passe malheureusement pas sans explosifs et sans drames

Ces pratiques persistent au sein de la société bien que l’on en connaisse les dangers. La célébration du Mawlid ennabaoui est, chaque année, synonyme de fracas d’explosions de pétards, de bombes et doubles bombes et autres « chitana ». Ces démonstrations bruyantes et violentes comportent d’énormes risques et cela, tout le monde le sait. Pourtant, on recommence à l’approche de cette fête religieuse, bien avant le jour-J et avec plus de frénésie la veille de cette célébration qui se transforme en drame pour bien des personnes et pour bien des familles. La sensibilisation ne sert vraisemblablement à rien, et le pire, ce sont les adultes qui acquièrent ces « engins » pour eux et pour leurs enfants. Nous voyons tous, sur les chaines de télévision, ces images d’enfants et d’adultes blessés, présentant des brûlures ou carrément des doigts arrachés par un explosif ou éborgnés par des éclats. L’usage des feux d’artifice n’est pas sans risques, de même que les bougies, ils sont souvent à l’origine d’incendies (habitations et végétations) comme cela a été le cas l’année dernière. Personne ne peut prétendre ne pas savoir. Ces mêmes images effarantes reviennent chaque année, les services d’urgences sont à chaque fois sous haute tension en raison des nombreux cas de graves blessures et de brûlures qui y sont transportés. Le personnel médical se retrouve, malheureusement, face à une certitude et non à une probabilité. Les pouvoirs publics ont échoué jusque-là à enrayer ce phénomène par l’interdiction totale d’entrée de ces explosifs sur le territoire national. Ce n’est pas avec les quelques saisies opérées çà et là dans les quartiers qu’on pourra en venir à bout, il faut attaquer le mal à la racine et non pas attendre que cette funeste marchandise arrive chez les jeunes revendeurs. Cela ne réglera pas le problème.

Nadia Rechoud  

%d blogueurs aiment cette page :