La cyphose, un autre type de déformation de la colonne vertébrale

Nous connaissons pratiquement tous la scoliose, ce problème qui affecte la colonne vertébrale, mais peu d’entre nous ont entendu parler de cyphose alors que cette maladie du dos est fréquente aussi bien chez les adolescents que chez les adultes. Il s’agit d’une courbure dorsale exagérée qui donne au haut du dos une posture trop voutée, une déformation de la colonne vertébrale de manière anormale, convexe en arrière. On cite différentes causes, dont une mauvaise position, un traumatisme, une malformation congénitale, la poliomyélite, la maladie de Scheuermann, une modification du tissu osseux telle que l’ostéoporose, un vieillissement des disques situés entre les vertèbres. C’est le cas des sujets âgés dont la fragilisation des vertèbres et la dégénérescence des disques intervertébraux provoque une cyphose. Les autres formes concernent les enfants et les adolescents, elles touchent plus souvent les garçons que les filles. A cet âge, elle peut avoir pour origine notamment une musculation dorsale insuffisante ou une anomalie de croissance des vertèbres dorsales. Cette dernière peut engendrer des douleurs après une position assise prolongée ou une activité physique fatigante. La déformation du dos est le plus souvent visible et les anomalies vertébrales liées à cette pathologie sont définitives bien que celle-ci cesse d’évoluer à la fin de la croissance. Les conséquences de la cyphose sont la fatigue, des douleurs au niveau du cou, du dos et des lombes en raison de la surcharge permanente, elles peuvent aller – à un stade avancé de l’évolution de cette affection –  jusqu’à la compression de l’amplitude de la cage thoracique, altérant ainsi les fonctions respiratoires, neurologiques, musculaires et digestives de la personne touchée. On en vient au traitement de la cyphose, il ressort que c’est la cause qui le définit. Lorsque cette difformité est liée à une mauvaise position, elle peut être améliorée par un renforcement musculaire permettant à la personne de se tenir droite. Mais s’il s’agit d’un cas pathologique, certains comportements et certaines mesures doivent être adoptés. Il faut réduire le port de charges lourdes et adapter les conditions de travail en évitant notamment la position assise prolongée avec le dos courbée, privilégier les sports légers comme la natation, suivre des séances de rééducation corrective en axant sur les mouvements respiratoires afin de préserver les fonctions respiratoires. Calcium et vitamine D sont des alliés en termes du renforcement du tissu osseux, et pour les enfants et les adolescents, le port d’un corset peut amoindrir le problème du fait que la croissance n’est pas terminée, sans oublier la musculation du dos. Il faut savoir que le recours au bistouri n’est pas systématique et que le redressement chirurgical de la colonne vertébrale n’intervient dans les cas extrêmes, quand la courbure est supérieure à 70° et en présence de fortes douleurs qui ne cèdent pas aux traitements.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :