fbpx

« J’utilise tour à tour deux bavettes dont je ne me soucie pas quant à leur hygiène »

 

Placé autour du bras, sous le menton ou accroché à une oreille, le masque est ce mal aimé dont on se débarrasserait volontiers si ce n’est l’obligation de le porter dans certains lieux et dans les commerces.

« Le masque m’étouffe, j’en suis lassée », nous dit Souhila qui relève que ce moyen de protection devient au fil des jours un réceptacle de germes du fait qu’on le pose partout et qu’on ne le renouvelle pas.

« J’en ai deux, un dans mon sac et un autre dans le véhicule. Je les utilise tour à tour, je prends celui qui est dans mon sac lorsque j’oublie de prendre celui qui est dans la boite à gants. Donc, ils sont tous les deux usagés. J’en porte un au moment d’entrer dans une boutique et je l’enlève dès que je suis dehors. Une fois dans mon véhicule, je le pose parfois inconsciemment sur le siège à côté de moi ».

Souhila affirme être consciente des risques d’insalubrité que ces bavettes représentent en étant utilisées durant une longue période – un mois nous dit-elle – mais elle dit oublier de les renouveler. « Sur mon lieu de travail, ma bavette côtoie les affaires qui se trouvent sur le bureau » reconnaît-elle.

« Tout compte fait, maintenant que vous m’en parlez, je me dis que je dois les jeter ».
Propos recueillis par Nadia Rechoud