Journée mondiale du paludisme : L’Algérie pré-certifiée pour éradiquer le paludisme d’ici fin 2018

« L’Algérie figure parmi les quelques pays dans le monde ayant eu la chance de pouvoir présenter le rapport de certification de l’élimination du paludisme », a indiqué le directeur général de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, le Dr Djamel Fourar.

« Cette célébration coïncide avec la pré-certification de l’Algérie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme pays devant éliminer le paludisme d’ici la fin 2018, a précisé le représentant du ministère, qui ajoute que « les services du ministre de la Santé s’activent à préparer les documents et les rapports concernant les efforts déployés pour éradiquer cette pathologie.

Selon la déléguée du bureau OMS Algérie, Lilya Oubraham, son organisation a identifié 21 pays potentiels à éliminer le paludisme d’ici 2020 et travaille en collaboration avec les gouvernements de ces pays en les appuyant à accélérer l’atteinte de cet objectif.

Il y a lieu de souligner que la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016–2030 a été adoptée par l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2015. Elle fixe des buts ambitieux, mais réalisables, parmi lesquels figurent réduire le nombre des cas et des décès dus au paludisme d’au moins 90 % d’ici 2030.

Maladie potentiellement mortelle due à des parasites transmis à l’homme par des piqûres de moustiques femelles infectés, chez un sujet non immunisé, les symptômes apparaissent généralement au bout de 10 à 15 jours après la piqûre de moustique infectante. Selon les experts, les premiers symptômes sont entre autres, la fièvre, les maux de tête et des frissons. S’il n’est pas traité dans les 24 heures, le paludisme à Plasmodium falciparum peut évoluer vers une affection sévère souvent mortelle.

 

1 enfant en meurt toutes les deux minutes

Le nombre de décès enregistrés chez les enfants de moins de 5 ans est passé de 440 000 en 2010 à 285 000 en 2016. Toutefois, le paludisme demeure toujours un facteur majeur de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans et un enfant en meurt toutes les deux minutes.

Dans la plupart des cas, le paludisme est transmis par les piqûres de Anopheles femelles. Il existe plus de 400 espèces moustiques différentes de moustique Anopheles, dont une trentaine sont des vecteurs très importants du paludisme. Toutes les espèces importantes vecteurs du paludisme piquent entre le crépuscule et l’aube. L’intensité de la transmission dépend de facteurs liés au parasite, au vecteur, à l’hôte humain et à l’environnement.

Le diagnostic et le traitement précoces du paludisme réduisent l’intensité de la maladie et permettent d’éviter le décès.

Selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde, publié en novembre 2017, il y a eu 216 millions de cas de paludisme en 2016, contre 211 millions en 2015. On estime à 445 000 le nombre de décès dus au paludisme en 2016, un chiffre similaire à celui de l’année précédente (446 000).

Maya Achour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.