fbpx

Journée mondiale du cœur : les cardiopathies, première cause de mortalité dans le monde

L’Algérie, à l’instar des autres pays du monde célèbre aujourd’hui le 29 septembre la journée mondiale du cœur.

Les maladies cardiovasculaires constituent, selon les spécialistes un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins. Cet ensemble qui comprend les cardiopathies coronariennes ; les maladies cérébro-vasculaires ; les artériopathies périphériques ; et les cardiopathies rhumatismales, affectant le muscle et les valves cardiaques et résultant d’un rhumatisme articulaire aigu causé par une bactérie streptocoque.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les cardiopathies sont la première cause de mortalité dans le monde. On estime à 17,5 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 31 % de la mortalité mondiale totale.

Parmi eux, 75 % interviennent dans des pays aux revenus faibles ou intermédiaires. Les raisons pour expliquer cette dispersion sont multiples.

Parmi ces décès, on estime que 7,4 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,7 millions à un AVC (chiffres de 2012). Plus des trois quarts des décès liés aux maladies cardiovasculaires interviennent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

L’OMS estime que sur les 16 millions de décès survenant avant l’âge de 70 ans et liés à des maladies non transmissibles, 82 % se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire et 37 % sont imputables aux maladies cardiovasculaires.

Tout d’abord, dans ces pays pauvres, de nombreux enfants sont sujets à des cardiopathies rhumatismales qui sont causées par une infection bactérienne (souvent une angine) mal soignée, et pouvant être fatale.

Quant aux pathologies congénitales cardiaques, liées à des malformations de naissance, elles ne sont que trop rarement détectées. Et lorsque cela arrive, les familles ne possèdent souvent pas les ressources nécessaires afin de payer le traitement ou l’opération indispensable à la survie de ces enfants.

Les infarctus et les AVC sont généralement dus à la présence de plusieurs facteurs de risque associés comme le tabagisme, une mauvaise alimentation et l’obésité, la sédentarité et l’utilisation nocive de l’alcool, l’hypertension, le diabète et l’hyperlipidémie.

Les spécialistes expliquent que les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux sont généralement des événements aigus et sont principalement dus au blocage d’une artère empêchant le sang de parvenir au cœur ou au cerveau. Leur cause et la plus courante est la constitution d’un dépôt gras sur les parois internes des vaisseaux sanguins alimentant ces organes. Les accidents vasculaires cérébraux peuvent aussi résulter du saignement d’un vaisseau sanguin cérébral ou de caillots.

Nouhad Ourebzani