fbpx

Journée internationale des aide-soignants : Un métier à ré-organiser dans notre pays

 

Cela pourrait prêter à confusion tant le citoyen ne peut pas faire la distinction entre l’infirmier(e) et l’aide-soignant(e) au sein des hôpitaux et des EPSP dans notre pays.

En théorie, les activités sont différentes, mais dans les faits rien ne montre que chacune de ces deux catégories a des tâches spécifiques. La définition donnée par le Larousse apprend au lecteur que l’aide-soignant est un auxiliaire médical chargé de donner les soins courants aux malades. On apprend aussi que celui-ci est un professionnel qui exerce sous l’autorité d’infirmier(e)s diplômé(e)s d’Etat au sein d’une équipe pluridisciplinaire médicale et paramédicale.

Les tâches qui incombent à l’aide-soignant(e) sont, entre autres, les soins de confort de la personne ou du patient dont il (elle) a la charge, le nursing ou les soins d’hygiène c’est-à-dire qu’il (elle) fait quotidiennement « la toilette complète » du patient ou l’aide à le faire et procède à une hygiène intime pour les personnes incontinentes ou âgées, ainsi que le nettoyage et la désinfection quotidienne du mobilier, des accessoires sanitaires et de la chambre après le départ du patient.

Que ce soit bien clair, ces activités sont énumérées dans des pages et sites de paramédicaux algériens. Mais qu’en est-il dans la réalité ? Des soins sont prodigués aux patients hospitalisés dans une même chambre par l’infirmier(e). La toilette et l’hygiène intime sont faites par un membre de la famille du patient. Quant au nettoyage et à la désinfection du mobilier, du lit et des accessoires après la sortie d’un patient, ils restent à faire. Cette journée est célébrée dans le monde à l’initiative de ces professionnels eux-mêmes qui réclament une reconnaissance de leur métier.

Dans notre pays, ce métier reste encore à mettre en œuvre dans les normes qui lui sont dévolues. Il doit être organisé, tout comme il doit l’être lorsqu’il est exercé à domicile. Ces professionnels sont sollicités par des familles pour prodiguer des soins à des malades, des personnes âgées surtout (en l’absence de structures et de services de gériatrie), en dehors de toute réglementation puisqu’ils exercent à titre privé.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :