« Je n’avais jamais entendu parler de la maladie de Crohn et j’étais affolée de savoir que j’en suis atteinte »

Un diagnostic n’est pas toujours facile à accepter, surtout lorsqu’il s’agit de maladies graves ou de celles qui sont méconnues. Farida se rappelle qu’elle a vécu une grande peur lorsque son médecin traitant lui a annoncé qu’elle souffre de la maladie de Crohn, une maladie dont elle n’a jamais entendue parler dit-elle. « Cette appellation ne me disait rien de bon, j’ai pensé que Crohn ne peut pas être le nom d’une affection banale, surtout que je voyais du sang dans mes selles, et j’ai tout de suite pensé à un mal qui emporte ceux qui en sont atteints ». Cette femme sexagénaire se souvient s’être retenue difficilement face au spécialiste et qu’elle a éclaté en sanglots une fois devant l’assistante qui essayait de lui expliquer et de la rassurer. « Elle avait beau me dire qu’on s’en sort avec un traitement, je ne voulais rien entendre. Il faut dire qu’à chaque fois que je suis malade, j’empoisonne la vie de mon époux et de mes enfants en leur transmettant ma frayeur. Mais là, savoir que vous êtes atteinte d’une pathologie dont vous ne savez rien et dont vous entendez parler pour la première fois, cela vous donne envie d’aller dormir et de tout oublier mais vous ne pouvez pas ». C’est finalement une de ses filles qui, en prenant contact avec le médecin traitant de sa mère, réussit à avoir plus d’informations sur cette affection qui, sans être banale, n’est pas forcément mortelle. « Il a fallu du temps à ma fille et à mon entourage pour m’aider à mieux comprendre et à me calmer. J’ai su que mon alimentation devait changer et que de nouvelles habitudes étaient indispensables. Cela fait maintenant 8 ans que je prends mes précautions afin d’éviter les poussées ».
Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :