J’ai réchappé aux conséquences de l’insolation

Tête nue sous un soleil de plomb le long de son parcours vers son lieu de travail, Hamid était loin de penser que cela allait nuire à sa santé.

Le trajet habituel se faisait dans un véhicule de transport du personnel, mais ce jour-là, le jeune homme devait s’y rendre à pied après un passage dans une administration pour la confection d’un document officiel.

« J’avais l’impression que mon cerveau brûlait sous mon crâne, pas un arbre pour m’y abritait. Je n’avais pas d’autre choix que d’avancer sous une température de 45 degrés Celsius ».

Le résultat était effrayant pour lui à son arrivée. Une rougeur inhabituelle sur le corps -notamment au visage- et aux yeux, la langue et les lèvres sèches, une chaleur incendiaire au crâne et il était au bord du malaise.

Destination l’infirmerie de l’entreprise. Le médecin conclut rapidement à une insolation et le prend en charge.

« Il a mis quelques gouttes d’un médicament dans un verre d’eau qu’il m’a fait boire. Il m’a ensuite conseillé d’asperger mon visage à intervalles réguliers et de mettre une bouillotte froide sur ma tête ».

Hamid est convaincu d’en avoir réchappé, connaissant les conséquences de l’insolation qui peut être mortelle. Pour lui, le chapeau est de rigueur désormais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :