fbpx

« J’ai dû observer la nourriture de mon enfant pour savoir qu’elle est allergique à la fraise »

 

« Ma fille était mal en point, elle avait des douleurs au ventre et de l’urticaire mais je n’en connaissais pas la cause. Elle était âgée de deux ans, sa peau était toute rouge et je la voyais se gratter ». Cela faisait de la peine à Samira que sa fille Yasmine souffre, témoigne-t-elle.

« Sa bouche était rouge aussi. Mais quand elle a commencé à avoir des douleurs au ventre, je me suis inquiétée sérieusement. Je l’ai emmenée à la polyclinique du quartier où la pédiatre a soupçonné un quelconque aliment auquel ma fille serait allergique. Elle m’a alors demandé d’observer pendant que je la nourrissais à quel nourriture son corps réagit ainsi ».

Si la jeune femme pouvait enfin mettre un nom sur la situation de son bébé et savoir qu’il s’agissait d’une allergie alimentaire, elle n’en était pas moins inquiète. « Non seulement je risquais de passer à côté de ce qui lui était néfaste, mais ça me coûtait de devoir la regarder souffrir à nouveau pour savoir à quoi cela était dû. Mais je n’ai pas tardé à le comprendre. Un jour, pendant que nous mangions des fraises et alors qu’elle en demandait, j’ai lavé quelques-unes et les lui ai donné à manger. La réaction ne s’était pas fait attendre. La bouche rouge qui la démangeait, puis une rougeur à la peau et des démangeaisons, et des douleurs au ventre. C’était donc cela ».

Samira déclare avoir banni les fraises depuis ce jour de l’alimentation de son enfant et qu’aujourd’hui encore, à 4 ans, elle n’en mange plus. « Pas avant qu’elle ne soit soumise à un test » précise-t-elle.

Propos recueillis par Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :