fbpx

« Il n’y a peu de monde à la polyclinique et l’attente se fait à la réception ou devant l’entrée»

Des mesures de précautions sont prises un peu partout dans le cadre de la lutte contre le nouveau Coronavirus, notamment dans les structures dédiées à la santé comme les polycliniques que l’on cite à titre d’exemple. Nadia, à l’orée de la soixantaine, témoigne de ces mesures qu’elle a eu à constater lorsqu’elle s’est rendue au dispensaire de son quartier. « Je revenais d’un établissement hospitalier non loin de chez moi, les résultats de certains examens sanguins entre les mains. J’ai voulu en avoir une autre lecture que celle qui en a été faite à l’hôpital, et comme l’EPSP se trouve sur mon chemin, j’ai décidé donc de le demander à un médecin pour avoir un traitement. Le premier constat que j’ai fait, c’est que les patients attendaient à l’entrée au niveau de la réception, alors que le long couloir qui servait d’ordinaire de salle d’attente est barricadé. Maintenant, on ne l’emprunte que pour entrer dans un des box où se trouve un médecin. Le deuxième constat, c’est qu’il n’y avait pas foule, comme c’est le cas habituellement ». La crainte d’une possible contamination fait que nombre de personnes préfèrent soigner eux-mêmes certains maux, sauf lorsqu’il s’agit de maladies plus sérieuses. Bien évidemment, le personnel soignant est dans la même crainte. « Quand mon tour est arrivé et que je suis entré dans une des salles, le médecin a tiré une chaise qu’elle a disposé à plus d’un mètre de son bureau pour que je m’assoie. Elle venait de commencer son service. Je lui ai tendu mes feuilles de loin, et après lecture, elle m’a prescrit d’autres examens qui manquaient. Quand je suis revenue deux jours plus tard, l’attente se faisait carrément dehors, devant l’entrée de la polyclinique ». Les patients étaient plus nombreux selon Nadia, et attendre debout n’était pas aisé. La préposée à la réception en a alors expliqué la raison. « Elle nous a déclaré qu’il y a eu un cas suspect de Covid-19 et que le box où le malade a été ausculté a d’ailleurs été fermé ».

Propos recueillis par Rachida Merkouche