Il ne faut pas s’étonner de la propagation rapide du virus au vu de l’inconscience de certains

Il y a de ces personnes qui font un pied de nez à la logique et qui foulent au pied le respect de la sécurité d’autrui, comme on en voit beaucoup pendant cette période marquée par la pandémie de Covid-19. Au diable les gestes barrières, et en même temps aucune crainte quant à la possibilité de contaminer ses proches et ses voisins. Nassira fait partie de cette catégorie, aux dires de Malika dont elle était la voisine sur le même palier. « Le week-en dernier, elle est venue dans son ancien logement occupé maintenant par son fils, sa belle-fille et leurs deux fillettes, étant donné qu’elle a déménagé. Nassira adore les célébrations que ce soit les anniversaires, les sbou’e ou autres, en un mot les ‘’zerdates’’. Comme elle réside actuellement dans une commune de Tipaza, et qu’elle tenait à se rendre à un sbou’e organisée par une amie de sa fille dans une banlieue d’Alger, elle est venue chez son fils ». C’est en fait lui qui l’a ramenée chez lui pour l’emmener l’après-midi à cette célébration d’une naissance. Mais le problème réside dans le retour. « Cette femme âgé de 60 ans, qui est diabétique et qui a donc mis sa vie en danger car il est impossible de savoir si toutes les personnes présentes étaient saines, a refusé que son fils la raccompagne à son domicile et a tenu à passer la nuit chez lui. Elle fait ainsi courir le risque d’une contamination à sa propre personne et à sa famille, notamment celle de son fils. Mais le comble, c’est qu’elle est venue frapper à ma porte après son retour ». Les deux femmes ont gardé des liens de voisinage, affirme notre interlocutrice, mais la sagesse aurait dû lui dicter de ne pas importuner cette dernière et de ne pas les exposer à un risque elle et les siens. Mais cette femme à l’inconscience avérée doit avoir la certitude que la Covid-19 n’arrive qu’aux autres. « Je devais être livide en la voyant parce qu’elle m’a tout de suite dit qu’elle est toujours vivante en dépit de ses nombreux déplacements, notamment dans la ville des palmiers où elle a assisté récemment aux obsèques de son beau-frère ». Entre ces personnes qui font fi des mesures préventives et celles qui ne croient pas à l’existence de ce virus, les autres sont tenues en otage et on ne doit pas s’étonner de la progression rapide du nouveau Coronavirus.
Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :