fbpx

Il est important de ne pas se laisser envahir par les personnes négatives

Une enfance mal vécue, une trop grande ambition et des moyens limités pour s’affirmer, une jalousie maladive notamment par rapport à des personnes qui ont relativement réussi, il n’en faut pas plus pour que certains laissent la négativité qui est en eux l’emporter sur leur aptitude à être optimiste.

Pire encore, elles ne peuvent se retenir de projeter cette négativité sur les autres, particulièrement celle ou celui dont elles pensent qu’elle (il) leur a volé la vedette, soit sur le plan affectif, professionnel, social ou même politique. Les personnes négatives sont désignées comme étant d’éternelles pessimistes, pouvant devenir toxiques par leur insatisfaction et leurs plaintes répétées.

Les spécialistes en psychologie disent que ce type d’individus aime avoir le contrôle sur les autres et même avoir le dessus pour se mettre en valeur. Leurs aspirations et celles des autres, pourtant légitimes aussi bien les unes que les autres et pouvant se réaliser par l’effort, deviennent antinomiques par le désir des personnes négatives de se hisser au-dessus de tous sans y mettre du leur.

Celles qui n’arrêtent pas de se plaindre sont tout aussi toxiques en profitant à outrance de la bienveillance d’autrui. Face à ces comportements, on tente d’abord d’accepter, puis de supporter, ensuite de se rebeller contre des attitudes contre-productives et qui se veulent rabaissantes.

Le fait d’être confronté à la négativité ne laisse pas d’énergie pour soi, pour accomplir ses propres activités et veiller à son propre bien-être. D’où la nécessité de prendre de la distance, de fuir ce genre de relation selon les psychologues qui affirment qu’il n’est pas permis de se laisser envahir et d’oublier sa propre personne.

Il est important de penser à soi et de se donner les moyens de s’épanouir. Si on peut aider, ce serait bien, mais cela ne peut pas se faire en s’oubliant soi-même, en faisant abstraction de sa quiétude. On ne peut tout simplement pas se substituer aux spécialistes.

Nadia Rechoud