Hypocondrie : Quand on est affecté par l’angoisse d’être touché par une pathologie

On se croit malade, le moindre bobo est interprété comme le signe d’une pathologie qui ne tarderait pas à évoluer et qui serait grave. L’hypocondrie, c’est cette inquiétude exagérée quant à son état de santé, une inquiétude qui se transforme en une angoisse chronique.

Les personnes hypocondriaques sont constamment inquiètes par rapport à leur état de santé, elles s’écoutent et se tâtent en permanence. Elles vivent dans l’angoisse de tomber malade ou d’être malade, et cette angoisse, chez certains, tournent à l’obsession jusqu’à devenir elle-même une pathologie.

L’hypocondrie, ce « trouble imaginaire », gâche la vie de nombreuses personnes. Celles-ci sont qualifiées de malades qui ne le sont pas en réalité. Elles multiplient les visites médicales, soupçonnent tout le temps l’existence d’affections et doutent des diagnostics posés par les praticiens.

Les symptômes de n’importe quelle maladie évoquée dans leur entourage deviennent les leurs. La personne hypocondriaque se sent affectée de toute pathologie dont on parle en sa présence, les échanges sur le sujet ne la laisse pas indifférente.

Elle n’est pas indemne, pense-t-elle, elle est convaincue de ressentir les mêmes indices. Le traitement de l’hypocondrie est basé essentiellement sur une approche psychothérapique, il y a lieu d’indiquer que les psychothérapies cognitives et comportementales sont recommandées.

Mais la prescription de psychotropes ou tranquillisants pour calmer certains cas d’hypocondrie particulièrement sévère risque d’avoir un les effets secondaires peuvent renforcer l’angoisse. Cela peut plonger la personne touchée dans un cercle fermé : angoisse liée à l’éventualité d’avoir une pathologie, traitement puis angoisse en tant qu’effet secondaire. Ce qui ne peut pas être efficace comme thérapie.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :