Halte à l’utilisation « excessive » de sel, de sucre et de gras dans l’agroalimentaire

Réduire le taux de sucre, de sel, et de gras dans l’agroalimentaire est le cheval de batail de l’association El Aman pour la protection des consommateurs.

L’association continue à sensibiliser les industriels, notamment, les producteurs de boisson à diminuer le taux de sucre.  Hassan Menouar président de l’association déclare : « les agroalimentaires ont tenu leur promesse et ont entamé la réduction de sucre. »

Néanmoins, il faut une loi pour réglementer ce taux, selon M. Menouar, « les pouvoirs publics sont largement en retard pour éditer une loi fixant l’utilisation du sucre, du sel et des matières grasses dans l’industrie agroalimentaire. »

La consommation du sucre, sel et du gras est indispensable pour notre santé, mais leur utilisation démesurée par l’industrie agroalimentaire pose problème.

Par exemple, les sodas, boissons aux fruits, eaux aromatisées et autres boissons énergisantes sont encore plus caloriques et peuvent représenter jusqu’à l’équivalent de 6 à 8 morceaux de sucre par verre.

Les formules « light » n’ont pas cet inconvénient, mais entretiennent l’appétence pour le sucre en général et le réflexe de boire sucré quand on a soif. Une canette de 33 cl de soda, c’est 155 calories, soit l’équivalent de 7 à 8 morceaux de sucre, contre moins de 4 calories et 0,2 morceau de sucre pour un soda light.

Pour le sel, 80 % que nous absorbons est caché dans l’alimentation, 20 % seulement vient de la salière.

 

Anaïs Ouardi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :