Grossesse : Manger sain et équilibré et faire de la marche et de la natation

Une hygiène de vie plus saine et une nourriture adaptée font partie des recommandations faites aux femmes enceintes par les spécialistes en gynécologie.

Dès les premiers mois, tandis que l’embryon s’est déjà transformé, que son corps se développe au fil des semaines et que ses organes commencent à se former, le lien s’établit entre le fœtus et la femme enceinte à travers le placenta et le cordon ombilical. Il devient donc indispensable pour celle-ci de surveiller son alimentation. Elle doit veiller à bien se nourrir, son corps devant fournir à son futur bébé tous les éléments dont il a besoin pour bien se développer, tels que les protéines, les bons gras, les sucres, les vitamines et les minéraux.

Il est important de manger équilibré et de façon régulière (ne pas rester 12 heures sans manger), de prendre les 3 repas du jour et 2 à 3 collations, et de privilégier les fruits et légumes, les produits céréaliers ainsi que les laitages et les viandes.

La qualité de la nourriture doit primer sur la quantité, l’idée de manger pour deux, si chère aux femmes enceintes, ne signifiant pas se gaver mais manger mieux, avec un peu plus de fruits et légumes (ils fournissent des minéraux et des vitamines), et de laitages source de calcium et de vitamine D (trois produits laitiers par jour).

Les plats en sauce et les fritures sont à éviter, tout comme les gâteaux, le café, le thé et les sodas contenant de la caféine. Manger doucement pour éviter les nausées, c’est le conseil que donnent les spécialistes qui recommandent, notamment, d’éviter le stress, de bouger, d’éviter les lieux enfumés et les odeurs fortes. Ce sont selon eux des désagréments qui sont appelés à disparaître à la fin du troisième mois.

Parmi les sports permis à la femme enceinte, la gym douce peut faire oublier les nausées. La marche et la natation restent les sports les moins contraignants et qui ne comportent pas de risques, ils sont en mesure de la préparer à l’accouchement.

Les mouvements violents sont bien évidemment à bannir. L’automédication, qui n’est d’ailleurs pas anodine pour tout le monde, est interdite. Le recours aux médicaments doit obligatoirement être soumis à l’avis d’un médecin, nombre d’entre eux étant contre-indiqués. Certains le sont durant toute la grossesse, d’autres pendant les cinq derniers mois.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :