Greffe de foie : Découverte d’un traitement contre les rejets

Des scientifiques chinois ont trouvé une solution plus efficace contre le rejet d’une greffe de foie, pouvant être fatal lorsqu’il se produit, annonce l’agence de presse chinoise Xinhuanet.

Une équipe de recherche de l’Université des sciences et des technologies de Chine basée à Hefei, capitale de la province de l’Anhui (est), a développé un nouveau traitement contre le rejet d’une greffe de foie, en collaboration avec deux autres équipes dirigées par Wang Xuehao et Wang Fuqiang de l’Université de médecine de Nanjing, explique-t-on.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans le dernier numéro d’Advanced Materials, une revue scientifique basée en Allemagne. Ils ont prouvé leur efficacité chez le rat, mais n’ont pas encore été testés au cours d’essais cliniques.

Le rejet est le principal problème des transplantations d’organes. Les immunosuppresseurs tels que le tacrolimus sont directement administrés aux patients après l’opération pour l’inhibition des cellules T. Toutefois, l’administration orale directe de tacrolimus pourrait entraîner des effets secondaires graves.

Des expériences cellulaires menées sur des rats ont montré que le tacrolimus encapsulé dans deux hydrogels lorsqu’il est appliqué sur la surface cicatricielle de la transplantation a un meilleur effet d’inhibition sur les cellules T activées que le tacrolimus seul.

Des expériences de transplantation hépatique indiquent qu’avec la même dose de tacrolimus, les rats du groupe « hydrogel » présentent une durée de survie moyenne importante prolongée de 22 jours, tandis que les rats traités avec un médicament classique au tacrolimus ne présentent qu’une durée moyenne de survie de 13 jours.

Des chercheurs s’attendent à intégrer prochainement cette méthode « intelligente » à la phase d’essais cliniques.

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :