Fibromes utérins : Tumeurs bénignes

Les fibromes utérins passent souvent inaperçus car dépourvus de symptômes, toutefois, lorsqu’ils sont découverts à la suite d’une consultation pour saignements ou douleurs, ils nécessitent un traitement.
Ce qu’il faut savoir, c’est que les fibromes (ou « fibromyomes ») sont des tumeurs bénignes pouvant se développer à l’intérieur du tissu musculaire utérin, en formant ou non une petite bosse sur la paroi de l’utérus, ou alors dépasser dans la cavité de l’utérus. Ils sont parfois attachés à la paroi utérine par un pédicule. Leur taille peut être microscopique voire occuper tout l’utérus et peser plusieurs centaines de grammes.

Facteurs favorisants
S’ils apparaissent fréquemment chez les femmes entre 30 et 50 ans, au cours de la période d’activité génitale, plus particulièrement au cours d’une grossesse, moment où la concentration sanguine en œstrogènes est la plus élevée, les fibromes peuvent aussi se former précocement, en raison de facteurs héréditaires. Leur développement est influencé par les sécrétions hormonales de la femme. Les œstrogènes (hormones produites par les ovaires et intervenant dans le développement sexuel féminin) jouent un rôle dans leur évolution. Ainsi, ces tumeurs bénignes peuvent se développer ou diminuer selon les périodes de la vie d’une femme.
Si selon les statistiques les femmes à peau noire, en surpoids ou n’ayant jamais eu d’enfants sont davantage sujettes aux fibromes utérins, il reste cependant que les raisons exactes de leur apparition sont méconnues. Une certitude, toutefois, ces tumeurs n’évoluent jamais en cancer.

Alyssa B.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :