fbpx

Farida : « Je m’occupe de mon frère trisomique qui aurait pu avoir une meilleure existence »

 

« Mon frère Adel est éternellement assisté, il a peu à peu délaissé la parole au profit des gestes et tout ceci parce que nos parents ont tout de suite estimé, dès sa naissance, qu’il n’y avait rien à faire face à un tel handicap ». Farida, mère de famille, a aujourd’hui la charge de ce frère atteint de trisomie 21 et qui n’a jamais eu une prise en charge adéquate comme elle le déplore.

Le cercle familial a été (est toujours) le seul milieu dans lequel le quadragénaire (il est âgé de 40 ans) a vécu et vit à ce jour. « Nos parents n’ont même pas pensé à une prise en charge dans un établissement spécialisé, ils s’étaient résignés à la fatalité. Quand ils se sont aperçus des résultats obtenus par des enfants trisomiques, c’était trop tard pour Adel, il était plongé dans son univers ».

Après le décès du père, c’est la maman qui a pris la responsabilité de ce désormais jeune homme, l’emmenant où elle va. « Elle faisait souvent de longs séjours dans notre village, notamment lors des récoltes de fruits sur nos terres. Elle l’emmenait avec elle, les autres membres de la famille n’étant ni libres ni disposés à avoir un tel poids sur leurs épaules. C’est ainsi que notre mère voyait les choses, elle prenait avec elle notre frère. Lorsqu’il lui arrivait pour une quelconque raison de revenir à la maison, elle le laissait chez des cousins. D’ailleurs, on voyait qu’il aimait le village et le calme qui y règne ».

Petit à petit, Adel s’est mis à s’exprimer par des gestes. Son éternel sourire le caractérise. Mais ce havre que constituait la présence de la maman n’allait pas durer indéfiniment, elle est décédée il y a trois ans. « C’est moi qui ai pris le relais, il vit désormais chez moi. Mes enfants sont adultes, je peux m’occuper de ce frère qui aurait pu avoir une meilleure existence si nos parents avaient regardé autour d’eux et s’ils avaient cherché rapidement à voir ce qui se faisait et qui se fait pour les enfants trisomiques ».

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :