« Faire attention aux yeux »

Une négligence ? Un moment d’inattention ? Quelle qu’en soit la cause, cela a coûté à Sabrina, selon ses propos, du temps, de l’argent, et, surtout une forte irritation des yeux. « Cet optométriste est connu pour être sérieux et dévoué à son travail. Mais à un moment donné, il a failli et j’ai pris livraison de lentilles de contact qui ne sont pas adaptées à mon acuité visuelle » relève cette femme qui indique que l’opticien-lunettier, après avoir mesuré sa vue en rapport avec le port de nouvelles lunettes à acquérir la prochaine fois, a directement inscrit la commande de lentilles de contact qu’elle est venue se procurer. Sans toutefois accomplir les procédures qui permettrait d’en connaître tous les indices comme il avait l’habitude de le faire, sachant que ce ne sont pas les mêmes que pour les lunettes. « Quand je l’ai vu remplir le bon de commande, je lui ai demandé s’il ne fallait pas prendre mon acuité visuel, ce à quoi il a répondu que ce n’était pas la peine. Ce n’était pas sans conséquence ». Il a été demandé à Sabrina de revenir une semaine plus tard pour récupérer ses verres de contact et au moment où elle les a portées, dans le magasin, qu’elle a constaté qu’elle a mal au niveau d’un œil et qu’elle ne voit pas bien. « L’optométriste m’a demandé d’intervertir les lentilles le lendemain et de l’appeler si cela persiste, pour une nouvelle lentille. Mais au fil des minutes et des heures, cela devenait un calvaire puisque j’avais mal aux deux yeux. J’avais l’impression que le pourtour des lentilles était entrain de creuser la cornée ». Deux jours de souffrance avant que la cliente décide de se rendre une nouvelle fois chez l’optométriste qui finit pas constater que les verres de contact ne sont pas adaptés à sa vue. « Après avoir mesuré mon acuité visuelle, il a reconnu que les indices ne sont pas les mêmes, raison pour laquelle j’avais mal, et qu’il fallait changer les lentilles que je devais récupérer le lendemain. Le résultat, une perte de temps par rapport à mes occupations, des déplacements par taxi parce que cet endroit est mal desservi en termes de transport public, et je garde encore des douleurs aux yeux ».

Nadia Rechoud