Face à la menace du Covid-19 : Le directeur de l’OMS appelle l’Afrique « à se réveiller »

Alors que le Covid-19 continue de faire des victimes par milliers à travers le monde, surtout en Europe et dans certains pays d’Asie, l’Afrique qui enregistre elle aussi des cas avérés et quelques décès devrait elle aussi se préparer au pire. La mise en garde vient de l’OMS qui, par la voix de son directeur général, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé, hier, 18 mars l’Afrique « à se réveiller » face à la menace du nouveau coronavirus, soulignant que le continent devait se préparer au « pire ».

Pour le premier responsable de l’OMS « le meilleur conseil pour l’Afrique est de se préparer au pire et de se préparer dès aujourd’hui », précisant qu’à ce jour, 233 cas de nouveau coronavirus avaient été enregistrés en Afrique subsaharienne et que quatre personnes étaient décédées, ce qui en fait la région la moins touchée d’une pandémie mondiale qui a infecté plus de 200 000 personnes et tué plus de 8 000 autres dans le monde.

Dans une conférence de presse virtuelle, Tedros Adhanom Ghebreyesus a indiqué que « la recommandation de l’OMS est en fait d’éviter les rassemblements de masse », ajoutant encore : « Mon continent devrait se réveiller ».

Tout en expliquant que les mesures de « distanciation » sociale à elles seules, comme celles récemment prises par de nombreux pays européens, ne suffisent pas, il fera savoir que « les mesures d’éloignement physique -comme l’annulation de manifestations sportives, de concerts et d’autres grands rassemblements- peuvent contribuer à ralentir la transmission du virus, réduire la charge qui pèse sur le système de santé et contribuer à rendre les épidémies gérables […] mais pour contrôler et mettre fin aux épidémies, les pays doivent tester, isoler et suivre les contacts (…). S’ils ne le font pas, les chaînes de transmission vont continuer et resurgir une fois que les mesures d’éloignement physique seront levées ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé, à ce jour, 600 cas de Covid-19 ont été enregistrés dans toute l’Afrique, dont 16 décès (6 en Égypte, 7 en Algérie, 2 au Maroc, 1 au Soudan et 1 au Burkina). Pour Tedros Adhanom Ghebreyesus, il y a « probablement des cas non détectés ou des cas non signalés » et donc ce chiffre pourrait augmenter.

A ce titre, le ministre sud-africain de la Santé a qualifié la situation d’« explosive », car quatorze des derniers cas étaient de transmission locale – et six concernaient des enfants de moins de 10 ans-. Pour lui, la crainte vient surtout de la surpopulation des bidonvilles ce qui pourrait conduire à une transmission encore plus rapide.

Le continent compte plusieurs villes à forte croissance démographique d’où la crainte de l’OMS de voir le virus se propager très rapidement parmi la population. Et face au peu de moyens de nombre de pays africains, le danger plane. Reste à espérer une grande volonté politique pour que ce qui doit être fait pour faire barrage à ce virus soit entrepris dans les plus brefs délais.

Kamir B.

%d blogueurs aiment cette page :