Exercer une activité physique régulière et éviter les chaussures inadaptées pour prévenir l’entorse

Un mouvement d’inversion forcée du pied, puis immédiatement une douleur à l’articulation et un gonflement dans les heures qui suivent. C’est sans doute une entorse (il peut s’agir parfois d’une élongation), une affection qui se manifeste par un étirement ou une déchirure d’un ou de plusieurs ligaments d’une articulation au niveau des membres supérieurs (poignet, coude) ou  inférieurs (genou et surtout cheville).

Il faut d’abord expliquer ce que sont les ligaments. Ce sont des bandes résistantes et souples faites de tissu conjonctif et qui relient au moins deux os à l’intérieur d’une articulation. Ces bandes sont peu extensibles, elles donnent de la stabilité aux articulations.

Lorsqu’il y a étirement ou déchirure, il y a problème. Les causes de l’entorse sont nombreuses, elles sont le plus souvent traumatiques (comme c’est le cas avec les sportifs). Elle survient à cause d’un faux mouvement mettant à mal l’articulation.

Celle-ci se tord et les ligaments qui l’entourent s’étirent. Il s’agit là d’une entorse bénigne. Une torsion ou un mouvement de l’articulation au-delà de son amplitude physiologique, une tension extrême ou encore un coup direct à l’articulation sont les plus fréquentes.

Une ancienne entorse peut également être en cause, alors que le ligament est déjà affaibli, donc plus facile à blesser à nouveau. Le surpoids, une faiblesse musculaire et le port de chaussures à hauts talons peuvent aussi en être les facteurs favorisants.

L’entorse est grave lorsqu’on perçoit un craquement ou une sensation de déchirure, qu’on ressente une douleur le plus souvent intense, avec difficulté à bouger l’articulation, et un gonflement rapide, en quelques minutes.

Il est souvent impossible de mettre son poids sur le membre blessé. On constate également une ecchymose (coloration bleue de l’endroit). On parle également d’entorse grave lorsqu’il y a rupture d’un ou plusieurs faisceaux ligamentaires, et dans des cas plus sévères, la rupture ligamentaire peut s’associer à un arrachement osseux là où le ligament est normalement accroché.

Il est recommandé d’appliquer de la glace le plus tôt possible non seulement parce que celle-ci soulage la douleur, mais elle réduit également l’inflammation et diminue l’enflure en resserrant les vaisseaux sanguins.

On doit aussi envelopper la région atteinte à l’aide d’un bandage élastique afin de réduire l’enflure et les ecchymoses et de soutenir les ligaments blessés, et maintenir le membre blessé en position surélevée (10 cm plus haut que le cœur) pendant 2 à 3 heures chaque jour, jusqu’à ce que la douleur et l’enflure diminuent.

En cas d’entorse grave, lorsqu’il s’agit de la cheville, on peut procéder à l’immobilisation à l’aide d’un plâtre durant une dizaine de jours. Si c’est le coude ou l’épaule qui est touché, le bras doit être soutenu à l’aide d’une écharpe pendant seulement 2 ou 3 jours, pas plus, si l’on veut éviter une ankylose aux articulations.

Prévenir l’entorse est possible. L’activité physique régulière contribue à renforcer les articulations, il faut toutefois s’échauffer avant l’activité physique et reconnaître les signes de fatigue. Il est nécessaire d’avoir une alimentation équilibrée qui fournit aux muscles tous les nutriments requis, et d’éviter le port de chaussures inadaptées, à hauts talons.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :