Epilation laser : « Un acte médical sécurisé à pratiquer par un spécialiste »

« L’épilation au laser est une technique médicale consistant à enlever les poils de façon définitive grâce à un faisceau de lumière. Le laser va viser le bulbe, plus précisément la mélanine du bulbe », a fait savoir le Dr Lynda Oumnia-Idir, au journal Esseha , précisant encore que « le poil doit être coloré, on ne peut pas s’attaquer au poil blanc avec le laser ».
Expliquant qu’il s’agit d’un acte médical délicat, le Dr Oumnia-Idir a également indiqué qu’« il est important que cette technique soit utilisée par un médecin parce qu’il faut faire un examen clinique avant et un bilan hormonal pour voir s’il n’y a aucun problème de ce côté-là, auquel cas, il faut le traiter avant de commencer les séances de laser pour avoir le résultat escompté ». Selon la praticienne, « la grossesse et l’allaitement sont des contre-indications de principe de toutes les techniques de médecine esthétique », de même qu’une peau bronzée. « On n’épile pas au laser sur une peau bronzée donc on demande à la patiente d’éviter le soleil avant et de ne pas bronzer après les séances. C’est primordial ».
Avant de commencer la première séance d’épilation « la patiente va se raser la veille ou l’avant-veille pour pouvoir traiter des poils en phase catagène, c’est-à-dire vivants », expliquera le Dr Oumnia.
Pour ce qui est de la périodicité, elle ajoutera que « les séances se font sur le visage à raison d’une fois par mois et sur le reste du corps, d’une fois toutes les six semaines. Il faut en moyenne 5 à 6 séances pour le corps et de 6 à 8 séances pour le visage pour avoir un résultat, sachant qu’à chaque séance, on perd environ 20% de nos poils ».
Enfin, le Dr Lynda Oumnia-Idir attestera que « le laser est une technique très sécurisée quand elle est utilisée par des personnes expérimentées et par des médecins. Certains disent que cette technique provoque le cancer, c’est faux, car on a assez de recul, à savoir des dizaines d’années de pratique pour pouvoir dire qu’elle ne provoque pas de cancer, c’est même une technique qui a été utilisée au tout début pour traiter ce type de pathologie. Ce sont des idées reçues, il faut juste que ce soit un médecin qui pratique cet acte car il y a risque de brûlure, de dépigmentation et d’autres effets secondaires très désagréables. Donc attention, ça reste une technique médicale ».
Hassina Amrouni

%d blogueurs aiment cette page :