fbpx

Epidémie de la rougeole : Encore trois cas confirmés à Constantine

Trois (3) cas confirmés de rougeole ont été enregistrés parmi des malades adultes à la fin de la semaine dernière au centre hospitalo-universitaire CHU-Benbadis.

Les personnes atteintes, âgées entre 20 et 30 ans, originaires des wilayas  de Mila et de Jijel, étaient admises au Centre anti-cancer (CAC) pour une radiothérapie, a précisé le chargé de la communication et de l’information de cet établissement de santé Azziz Kaâbouche, soulignant que les analyses effectuées ont confirmés le diagnostic des praticiens. Les malades ont été transférées aux soins intensifs du service d’hématologie du CHU.

Le CHU Benbadis est en situation de veille sanitaire particulièrement au service des maladies infectieuses, afin d’éviter la propagation de cette pathologie qui peut entraîner de graves complications pouvant causer le décès chez les enfants non vaccinés et les adultes, et seuls les cas graves ont été hospitalisés.

A Chlef, un décès et cinq autres cas de rougeole ont été enregistrés depuis début le début de l’année 2019. Les cinq cas ont été enregistrés à Chettia ( 3 cas) et deux cas à Ténès.

Même si les autorités sanitaires du pays ne cessent d’affirmer que la maladie n’en est pas encore au stade de l’épidémie, son apparition dans des régions différentes du pays suscite l’inquiétude.

Les autorités sanitaires de la wilaya de Chlef ont annoncé avoir lancé une enquête épidémiologique au niveau des régions ayant enregistré les cas de rougeole, à savoir : Brira, Beni Haoua, Zeboudja, Ténés, Sobha, Boukadir, Ouled Abdelkader, Chlef, Ouled Farés et Bouzeghaia.

Durant le premier trimestre courant, 63 cas de rougeole ont été signalés dans la wilaya dont seulement cinq cas sont toujours hospitalisés.

Pour le Pr Abdelatif  Bensnousi, président de la Société algérienne de pédiatrie, l’épidémie de rougeole prend de l’ampleur et se propage dans les différentes villes du pays. Il s’agit d’un vrai problème de santé publique.

Le boycott de la campagne de vaccination lancée en 2017 par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a également été un des facteurs favorisant la recrudescence de la rougeole dans notre pays.

Pour rappel, les enfants qui n’ont pas reçu le rappel de vaccination contre la rubéole et la rougeole, sont les plus vulnérables, voire des vecteurs de virus.

Tinhinane B.

%d blogueurs aiment cette page :