Envies de grossesse et tâches de naissance de bébé : Mythe ou réalité ?

Gaston Variot, médecin pédiatre, écrivait en 1891 : « c’est une croyance très répandue et très généralement acceptée que les marques sur la peau, présentées par les enfants à la naissance sont dues à l’influence de l’imagination de la mère pendant la grossesse (…). Cette croyance ancienne s’est traduite dans le langage populaire par le terme d’envie qui est employé indistinctement pour désigner la cause et l’effet. La mère a une envie, l’enfant porte l’envie ».

Le médecin qui a publié sa communication dans les « Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris » (*), explique que cette croyance populaire remontait à la plus haute antiquité. « Une longue tradition a transmis ces erreurs jusqu’à nous. Les penseurs les plus éminents à toutes les époques, les plus grands savants jusqu’à la fin du dix-huitième siècle ont accepté et propagé les idées qui ont court actuellement encore sur ce sujet aussi bien dans le peuple que parmi les gens du monde (…) ».

Nous sommes en 2020 et ces croyances n’ont pas changé aussi bien dans notre société que dans le reste du monde et les spécialistes ne parviennent toujours pas à en expliquer l’origine.

Il est, en effet, répandu que la femme enceinte manifeste -à de rares exceptions près- durant le premier trimestre de grossesse des envies que le mari ou l’entourage s’empressent de satisfaire au risque de voir le bébé naître avec une tache indélébile.

Les besoins manifestés sont très éclectiques, allant des plus anodins (fruits, chocolat, glaces, pizza, fromages,…) aux plus étranges (dentifrice, craie, glaçons,…).

Les spécialistes peinent à donner une explication scientifique précise et leurs avis sur la question divergent. Certains estiment que le corps ne fait que réclamer un besoin nutritionnel et donc le fait de réclamer certains aliments traduirait une carence alimentaire précise (carence en calcium, envie de laitages, fromages,…), d’autres, en revanche, pensent que ces envies seraient liées au bouleversement hormonal, émotionnel et psychologique de la femme durant la grossesse.

Un avis qui va dans le sens de l’étude réalisée par des chercheurs du SUNY College à New York, aux Etats-Unis qui expliquent que ces fringales n’ont rien de biologique et seraient d’ordre psychologique. Selon eux, les femmes enceintes se réfugient derrière ce « statut » pour manger tout ce qu’elles veulent, sans restriction et sans culpabilité, un peu comme si c’était le « fruit défendu ».

Qu’en est-il alors des taches de naissance ? Là encore beaucoup de croyances entourent ces fameuses marques de naissance qui seraient dues à une envie inassouvie. Dans ce cas-là, on conseille à la femme enceinte de se gratter sur une partie du corps non visible afin d’éviter que la marque de naissance n’apparaisse sur le visage ou une partie du corps où elle serait gênante au regard.

Pour les spécialistes, il n’y a aucune cause à effet entre l’envie et la marque de naissance. Selon eux, les taches brunes (appelées café ou café au lait) sont dues à une plus forte concentration de mélanine, pigment qui donne à la peau sa couleur naturelle, quant aux taches rouges « angiomes » (également appelées taches de vin), ce sont de petites malformations des minuscules vaisseaux sanguins qui parcourent la peau.

Hassina Amrouni

(*) Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, IV° Série. Tome 2, 1891.

%d blogueurs aiment cette page :