fbpx

Enfant trisomique : Le risque augmente avec l’avancée de l’âge de la mère

Les spécialistes ont dégagé une définition générale selon laquelle la trisomie 21 ou syndrome de Down n’est pas une maladie mais une malformation congénitale. Cette malformation est due à la présence d’un chromosome surnuméraire sur la 21 ème paire de chromosomes c’est à dire qu’au lieu d’avoir au total 46 chromosomes, l’individu trisomique en possède 47.

Mise à part la prévention et la correction des symptômes, la communauté scientifique n’a pas encore développé des traitements efficaces pour soigner cette aberration chromosomique.

Plus de 8 millions de personnes dans le monde souffre de cette aberration trisomique. Les études statistiques menées sur la trisomie relèvent que le risque d’avoir un enfant trisomique augmente avec l’avancée de l’âge de l’enfant. Ainsi des chiffres avancées indiquent que 1 pour 2 000 naissances intervient vers l’âge de 20 ans, 1 pour 400 vers 38 ans et 1 pour 100 vers 40 ans

Les dates clés liées à la trisomie 21

1846 : le Dr Edouard Séguin décrit pour la première fois le visage très caractéristique des individus trisomiques

1866 : le Dr John Langdon Haydon Down fait une description détaillée des personnes trisomiques d’où le nom de syndrome de Down également employé comme synonyme de trisomie 21. C’est à lui qu’on doit aussi le terme de « mongol » car il a observé que les trisomiques ressemblaient étrangement aux peuples de Mongolie.

26 janvier 1959 : c’est la date qui marque un véritable tournant dans les recherches sur la trisomie. En effet, le Professeur Jérôme Lejeune et son équipe rendaient compte de leur découverte à l’Académie des Sciences à savoir l’existence d’un troisième chromosome sur la 21 ème paire chromosomique.

Nora S.