fbpx

En développement depuis mai 2020 : Le masque détecteur du Covid-19

Annoncée dans les médias en mai 2020, une merveille technologique ne tardera pas de s’imposer sur la scène sanitaire. Des chercheurs de Harvard et du MIT ont développé des capteurs installés dans des masques faciaux afin de tester la présence du virus.

Le concept repose sur la production d’un masque facial capable d’identifier une infection au Covid-19  en seulement 90 minutes.

Ces dispositifs  sont intégrés à de minuscules capteurs jetables qui peuvent être installés directement dans des masques faciaux. Ils permettraient également de détecter d’autres virus.

Dans une nouvelle étude, les chercheurs ont montré que les capteurs pouvaient être incorporés aussi dans des vêtements offrant un nouveau moyen de surveiller l’exposition des professionnels de santé à une variété d’agents pathogènes ou à d’autres menaces.

Les capteurs du masque facial sont conçus de manière à pouvoir être activés par le porteur lorsqu’il est prêt à effectuer le test, et les résultats ne sont affichés qu’à l’intérieur du masque. Ces conclusions ont été publiés dans Nature Biotechnology.

« Nous avons essentiellement réduit tout un laboratoire de diagnostic à un petit capteur basé sur la biologie synthétique qui fonctionne avec n’importe quel masque facial et combine la haute précision des tests PCR avec la vitesse et le faible coût des tests d’antigène« , a déclaré le co-premier auteur, le Dr Peter Nguyen, chercheur à Harvard.

Dans les faits, ce nouveau masque-laboratoire utilise ce que l’on appelle une technologie sans cellules lyophilisées.

Les chercheurs expliquent que, l’eau est incrustée dans le masque et peut être libérée en appuyant sur un bouton. Une fois que l’eau et la technologie lyophilisée interagissent, cela crée une série de réactions chimiques qui révèlent si des particules de Covid-19 sont détectées dans le masque.

Les capteurs peuvent être conçus pour produire un changement de couleur sur certaines zones où des particules d’un virus sont détectées, ce qui simplifie la détection des virus en laboratoire.

Synthèse : Meriem Azoune

%d blogueurs aiment cette page :