fbpx

Dr Smail Kenzoua : « Nous, les Sepistes, sommes vulnérables face à ce virus »

C’est un véritable SOS qui a été lancé par le Dr Smail Kenzoua, président de la Fédération algérienne des malades atteints de la sclérose en plaque (SEP) et de l’association SEPOIR de la wilaya d’Alger, à travers notre journal Esseha. Un cri du cœur lancé à ses concitoyens mais aussi aux pouvoirs publics afin de porter un peu plus d’attention à cette frange de la société, déjà fragilisée par la maladie et qui est aujourd’hui, doublement vulnérable à cause de cette pandémie.
Tout en soulignant la gravité de ce virus qui ne possède « ni traitement, ni vaccin », le Dr Kenzoua a exhorté « confrères, amis et citoyens à prendre au sérieux cette maladie » et ce, en respectant « les mesures barrières et les recommandations du ministère de la santé, en particulier, le port des bavettes, en ne sortant que par nécessité et en se lavant les mains fréquemment».
Ce rappel n’est pas de trop vu que le virus est toujours en circulation et continue de faire des victimes et, pour le Dr Kenzoua, cela est d’autant plus important de respecter les consignes sanitaires car il existe une frange de la société vulnérable et donc plus exposée au risque de contamination voire de complication liée à ce virus. « Nous, les malades, sommes vulnérables. Je suis moi-même atteint de la sclérose en plaque, mais je prends mes précautions alors, s’il vous plaît, conseillez à amis et vos familles de prendre les mesures d’hygiène au sérieux pour protéger ceux qui, comme nous, ont une santé fragile », a-t-il, imploré.
A ce titre et dans le souci de faire passer une information juste mais aussi pour répondre aux interrogations que l’on peut se poser sur tout ce qui se rapporte à la Covid-19, le Dr Kenzoua a fait savoir qu’un webinaire a été organisée, hier, samedi 13 juin à Alger. Plusieurs intervenants y ont pris part, à savoir le Pr Toubal du CHU d’Annaba, le Pr Oudrar du CHU d’Oran et le Pr Ali Pacha du CHU Mustapha.
Enfin, le Dr Kenzoua a lancé un dernier appel, cette fois au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière pour demander à ce que les malades atteints de sclérose en plaque puissent enfin bénéficier de médicaments oraux plus faciles à prendre « car la plupart des malades sont las des injections et ne veulent même plus les faire. Il y a des molécules qui sont, semble-t-il disponibles en Algérie, donc, on aimerait bien les avoir », a-t-il fait savoir.
«Je remercie d’avance le ministère de la Santé pour tous les efforts fournis pour prendre en charge les malades SEP et je leur demande de faire un effort supplémentaire en nous procurant ces traitements » et d’ajouter : « concernant ceux qui souffrent de la forme progressive de la SEP dont je suis moi-même atteint, nous n’avons aucun traitement, donc s’il vous plaît, ramenez-nous notre médicament », a-t-il demandé.

Hassina Amrouni