fbpx

Dr Nadjia Khiati, spécialiste en chirurgie carcinologique mammaire : « En Algérie, 4 femmes meurent chaque jour du cancer du col de l’utérus »

 

 

« Le cancer du col de l’utérus est considéré comme le deuxième cancer touchant le plus fréquemment la femme, après le cancer du sein. Dans 90% des cas, ce cancer est dû à une infection au papillomavirus (HPV) » fera savoir le Dr Nadjia Khiati, avant de préciser qu’« il y a d’autres causes comme le mariage précoce, les grossesses multiples, les curetages répétés… «

La spécialiste indiquera également que « dans le cas de l’HPV, c’est un virus transmis par l’homme. Une fois transmis, il se niche et se multiplie au niveau du col de l’utérus. A ce stade, il n’y a pas de symptômes mais au bout d’un certain temps, qui peut aller jusqu’à 25 ans, les signes commencent à apparaître. Parmi les signes, il y a les pertes abondantes et malodorantes, les saignements au moment des rapports intimes, ou un saignement isolé, sans aucun contact physique. Dans les cas avancés, d’autres symptômes peuvent alerter sur la présence de ce virus, comme les fuites urinaires, l’incontinence anale… »

Pour ne pas en arriver là, le Dr Khiati conseillera « de consulter un spécialiste (gynécologue, sage-femme, médecin généraliste) pour effectuer un frottis. S’il est négatif, l’examen est à refaire après une année, s’il est également négatif, il doit être renouvelé tous les trois ans. Par contre, si le frottis indique la présence d’un papillomavirus, le médecin traitant fera alors des examens approfondis comme la colposcopie pour connaître l’étendue des lésions et déterminer le type de papillomavirus (oncogène ou non oncogène) ».

« La femme doit se faire dépister avant d’arriver au stade du cancer, ni à celui de la chirurgie qui n’est pas facile car elle consiste en l’ablation du col de l’utérus, des ovaires, sans oublier le curage ganglionnaire…Cet acte chirurgical lourd est handicapant pour la femme car elle ne peut plus marcher longtemps ni rester longtemps debout. Au lieu d’en arriver là, l’idéal est d’aller voir un médecin ou une sage-femme. Il faut savoir que ce cancer tue 4 femmes par jours en Algérie », avertira encore la spécialiste qui ajoutera que « le cancer du col de l’utérus peut également toucher la femme enceinte. Donc, la femme doit être vigilante et se faire ausculter ».

Enfin, elle précisera qu’outre le cancer du col de l’utérus, il y a d’autres cancers comme le cancer de la vulve, du vagin, de l’endomètre, des trompes et de l’ovaire.

H.A.

%d blogueurs aiment cette page :